Remède créatif aux séances rébarbatives, Pechakucha consiste à présenter un projet ou une idée en 20 diapositives et en 20 secondes pour chacune. Le rythme est imposé, mais le thème complètement libre: voilà les règles édictées par deux architectes, Astrid Klein et Mark Dytham, que le responsable de Pechakucha Genève, Miguel Perez-La Plante, a rencontrés lors d’une mission diplomatique au Japon.

Ce concept a émergé dans le milieu du design et de l’art. Mark et Astrid organisaient déjà des événements culturels ponctuels. Lorsqu’ils ont pu s’installer dans le sous-sol d’un bâtiment – si vétuste qu’il semblait être une île dans ce quartier tokyoïte au style moderne irréprochable –, ils ont inventé ce concept pour animer les mercredis soir. Pour l’anecdote, «Mark est de nature notoirement bavarde, et cette contrainte était pour lui un stimulus créatif», sourit le jeune diplomate qui travaille pour la mission permanente de la Suisse auprès de l’ONU à Genève.

Ces soirées Pechakucha ont lieu quatre fois par an et ont comme vocation de tisser des ponts entre les locaux et la Genève internationale. Se relayant entre lieux culturels et institutions internationales, les séances alternent présentations anglophones et francophones. «Ma ressource, ce sont les histoires des gens, et c’est infini», confie cet enthousiaste pour qui Genève regorge de trésors à partager.

«Depuis deux ans, j’ai entendu des récits incroyables, ajoute-t-il. Des sujets légers à propos de zombies ou de partisans de la baignade dans les eaux du Léman en hiver. Ou des récits des plus touchants, comme celui d’un enfant né dans un pays en guerre qui aujourd’hui prête son aide à d’autres enfants en travaillant dans la même institution qui lui avait permis de suivre sa scolarité. Ce qui est fabuleux, c’est que, grâce au support visuel, je me souviens parfaitement de chacune des présentations, même de la première! Il s’agissait d’une femme qui avait lancé une ONG pour entraîner les rats à détecter les mines et à dépister certaines maladies.»

De l’innovation virale à l’urbanisme empathique, les thématiques de ce 20 février réservent leur lot de surprises et font partie des plus de 100 villes à travers le monde qui organiseront simultanément ces événements de storytelling.


Pechakucha Night, 20 images x 20 secondes, SDG Solution Space, avenue de Sécheron 15, Genève, jeudi 20 février, de 19h à 22h. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».