Un jour, une idée

Le rêve de la fromagère à vélo

Dégustation de fromages à la laiterie de Carouge

Un jour, une idée

Le rêve de la fromagère à vélo

Elle a déplié une table de pique-nique devant la vitrine, à côté de son vélo vert. La fromagère croque rapidement son repas de midi au soleil, accompagnée par deux autres commerçants de la rue. Elle salue les passants, des habitants du quartier, puis s’engouffre dans son échoppe. Bienvenue à la laiterie de Carouge.

La boutique d’à peine 30 mètres carrés est entièrement dévolue à l’univers du fromage. Sur un long meuble en bois, près de 80 spécialités à pâtes dures et molles sont découpées et présentées dans une vitrine réfrigérée. La laiterie est connue pour son saint-nectaire d’Auvergne, son beaufort d’alpage, son mélange à fondue ou son fameux gorgonzola doux, couronné cet automne par l’émission ABE.

Claire Delsouiller, vêtue d’une blouse couleur crème, raconte les spécificités de chacun de ses produits. «Ce que j’adore vraiment, c’est quand les clients me posent plein de questions!» insiste-t-elle. De la bouche de la fromagère, l’affirmation n’a rien d’un slogan marketing. La Genevoise de 34 ans est passionnée par son nouveau métier.

Celle qui mangeait du roquefort à la petite cuillère à l’âge de 5 ans s’est résolue à quitter le monde de l’événementiel pour réaliser son rêve il y a une année. Elle a fait le tour des producteurs à vélo, dans le canton de Vaud, du Jura, et en France, pendant sa formation.

Elle choisit pour sa laiterie des fromages au lait cru, non pasteurisé, «ils sont plus vivants, ils ont plus de caractère», souligne-t-elle avec conviction. Elle achète des productions fermières, «des fromages fabriqués avec le lait d’un seul troupeau et non pas avec celui des coopératives laitières».

La commerçante propose aussi quelques vins et bières de la région, du miel du canton de Vaud, des confitures et chutney maison qu’elle a choisis pour accompagner ses fromages.

Outre le grand présentoir en bois, l’échoppe peinte en blanc et vert demeure assez vide, épurée. «Je ne voulais pas d’une décoration chargée, traditionnelle, avec un coucou de chalet suisse, plaisante-t-elle. Je tenais à rafraîchir l’image de la fromagerie.»

Un pari réussi qui séduit. Les habitants du quartier, les adeptes du marché et les retraités «trop heureux de retrouver une vraie fromagerie» sont devenus fidèles. Claire Delsouiller gère encore seule son commerce, mais rêve un jour d’engager un employé pour la seconder. «Je pourrai ainsi retourner visiter les alpages et ramener de nouvelles spécialités.»

La laiterie de Carouge, rue Saint-Victor 7, 1227 Carouge.

Mardi-vendredi: 9h00 à 19h00. Samedi: 8h00 à 15h00.

Publicité