La mode reflète parfois l’actualité avec un pouvoir désarmant. Début mars, dans le cadre de la Fashion Week de Paris, la maison Balenciaga présentait son défilé automne-hiver 2020-2021. Un spectacle apocalyptique immersif, au propre comme au figuré. Le décor d’abord: plongé dans la pénombre, un immense auditorium inondé d’eau et, au-dessus de nos têtes, un ciel digital traversé d’une marée de nuages, de tempêtes et d’éclairs de feu. Etourdissant. La collection ensuite: foulant le sol trempé, des mannequins à la mine sinistre exhibent des soutanes et des robes de magistrat aux accents néogothiques.