Chaque semaine de l’été, «Le Temps» enfile son maillot et se plonge dans l’onde qu’il déniche en Suisse romande. Avec le récit de ces lieux où l’élément aquatique est roi.

L’épisode précédent:

Retrouvez nos articles sur les plaisirs aquatiques

Ce n’est pas une station balnéaire comme les autres. Ici, pas de plage de sable, ni de cocotiers. Avec ses longues jambes en acier plantées dans le Rhin et ses pontons en bois, la structure fait plutôt penser à une immense araignée échappée d’une friche industrielle. Cette esthétique peu commune donne aux bains de Rheinbad Breite tout leur charme. Situé au cœur de la ville de Bâle, en face du Musée Tinguely, ce «Badhysli» (maison de bains) compte deux étages où vient se prélasser toute la branchitude locale. Protégé par une digue, le lieu est traversé par un résidu de courant qui entraîne les baigneurs d’un bout à l’autre de l’installation entourée par un grillage.

Lire également: Nager en eaux vives, une spécialité des villes suisses

Cette année, Covid-19 oblige, l’accès à l’établissement est réservé aux membres. Il est toutefois possible de s’inscrire aux cours de yoga proposés tous les mardis et jeudis matin sur l’un des pontons. Durant la journée, installez-vous sur la berge juste à côté des bains pour profiter du soleil et d’un plongeon dans le fleuve – attention, aucune surveillance n’est mise en place. Pour admirer le coucher du soleil, rendez-vous au Rhin Bleu, la buvette de Rheinbad Breite, qui reste ouverte au public pendant toute la saison. L’occasion de savourer un délicieux cocktail et de goûter aux mets aux accents orientaux, par exemple un tajine de poulet ou de l’espadon accompagné de baba ganoush.

Retour à la taille initiale

Surtout, revenez l’année prochaine: grâce à la détermination de l’association Rheinbad Breite – qui gère les bains –, le gouvernement bâlois vient d’allouer 2,46 millions de francs à la rénovation et à l’agrandissement de cette icône locale. «Quand les bains ont été construits en 1898, ils étaient deux fois plus grands. Grâce aux travaux, ils vont retrouver leur taille initiale, ce qui est une excellente nouvelle, car la baignade dans le Rhin est toujours plus populaire et nous avons besoin de davantage d’espace», se réjouit Victor Arnold, le président de l’association.

Notre galerie photo:Plongeon helvétique 

L’épilogue d’une histoire pour le moins mouvementée. En 1973, le canton envisage pour la première fois de démolir les bains, dont la fréquentation est en chute libre. C’est alors que l’association Rheinbad Breite a été fondée et l’établissement est sauvé in extremis. Au début des années 1990, le projet de démolition revient sur la table des autorités locales. Il faut dire que la structure métallique tombe en ruine. Grâce à la Fondation Christoph Merian, une rénovation est mise en œuvre, mais la moitié du bâtiment disparaît. De nouvelles rénovations ont lieu au début des années 2000. «Il règne ici une ambiance unique. C’est un endroit sans chichis où les gens se sentent à la maison. Il n’était pas envisageable de le laisser disparaître», conclut Victor Arnold.


Rheinbad Breite, cours de yoga les mardis et jeudis de 7h à 7h45 jusqu’à la fin d’août, inscription obligatoire sur rheinbad-breite.ch

Restaurant Le Rhin Bleu, ouvert jusqu’au 21 septembre, Lerhinbleu.ch, 061 311 53 53