Boire et manger

Quand la Rioja s’inspire de la Bourgogne

La région viticole espagnole vient de créer le label Viñedos Singulares pour consacrer la singularité de ses meilleurs terroirs. Une petite révolution pour l’appellation de tradition née en 1926

Les Helvètes adorent le rioja – la Suisse est le quatrième marché pour l’appellation espagnole. Mais ils l’achètent avant tout en supermarché, souvent à prix réduit. Il est extrêmement rare de trouver des références sur la carte des grandes tables aux côtés des bordeaux, bourgognes et autres barolos. La démonstration que l’appellation crée en 1926 peine à enclencher la machine à rêve parmi les amateurs de vins de prestige.

Les choses sont en train de changer. Depuis une dizaine d’années, le rioja se réinvente en s’émancipant de la classification historique basée sur le temps d’élevage du vin. Il y a les vins jeunes (Joven), fruités et frais, les seuls à ne pas connaître un élevage en fût de chêne; les Crianza, qui passent un an en barrique et un an en bouteille avant d’être vendus; les Reserva, élevés au minimum trois ans, dont une année sous bois; et enfin les Gran Reserva, vieillis au minimum deux ans en fût et deux ans en bouteille.

Subtile alchimie

Le renouveau a commencé à s’opérer au début des années 2000 grâce à une nouvelle vague de vignerons. Soucieux de se démarquer, ils ont baptisé leurs vins du nom de parcelles (fincas) ou de villages. Un clin d’œil à la Bourgogne, référence mondiale pour la notion de terroir. Un contre-pied, aussi, avec la valorisation de vieux ceps de tempranillo, le cépage emblématique de la région, alors que deux tiers du vignoble de la Rioja (65 000 hectares au total) a été renouvelé en vingt ans grâce à des aides de l’Union européenne.

Cette volonté d’authenticité s’est traduite en 2017 avec la création du label Viñedos Singulares («vignobles singuliers»), qui constitue un pas de plus pour mettre en valeur la notion de terroir. Un mot à la mode, souvent galvaudé, qui prend tout son sens quand on parle de vin. Il décrit l’alchimie subtile de conditions locales (nature du sol, exposition, humidité, altitude, etc.) qui expriment leurs particularités dans l’expression du vin. Un modèle en rupture avec la tradition du rioja traditionnel, issu d’une mosaïque de terroirs différents.

Reconnaissance mondiale

Le cahier des charges des Viñedos Singulares pose plusieurs exigences, comme un vignoble âgé d’au moins 35 ans, une récolte à la main, des rendements limités et du raisin issu à 85% d’une seule et même parcelle (le solde doit provenir d’une parcelle voisine). A ces conditions s’ajoute une dégustation d’agrément. Le label est sélectif: sur les 90 candidats qui s’étaient présentés à la fin de février 2019, 76 ont passé les premières étapes de sélection. 70% des candidats proviennent des deux régions sises au nord de l’appellation, la Rioja Alta et la Rioja Alavesa, au climat plus frais que la Rioja orientale.

Lors d’une dégustation organisée à Crissier par la région Rioja, le journaliste spécialisé en vins espagnols David Schwarzwälder a présenté une quinzaine de vins qui illustrent la diversité de la production de la région. Parmi eux, plusieurs vins qui ont postulé au label Viñedos Singulares (voir notre sélection).

Pour l’expert allemand, cette démarche est à l’avant-garde du rioja moderne et doit lui permettre d’obtenir une reconnaissance internationale: «L’idée de fond est de mettre en avant l’élite de la région, souligne-t-il. En Bourgogne, entre 1,2 et 1,5% de la surface totale du vignoble sont considérés comme de grands terroirs. Si on reprend ce pourcentage pour la Rioja, cela représente 650 hectares. Avec les 76 premiers producteurs labellisés, on atteint environ 200 hectares. Ils vont y arriver, ce n’est que le début du processus.»


Notre sélection

Nabot 2008, Bodega Santalba (100% tempranillo)

Issu du village de Gimileo, dans la Rioja Alta, le Nabot est issu d’une seule parcelle de sol sableux avec des ceps de tempranillo âgés de plus de 100 ans, soit avant le phylloxera. Le rendement à la vigne est très faible. La vendange est effectuée à la main dans des caisses de 12 kilos pour préserver les baies. De style classique, le vin est élevé dix-huit mois en barrique de chêne français et américain. Il postule au label Viñedos Singulares.

Dégustation: C’est un vin déjà très agréable à boire, mais qui possède encore un beau potentiel de garde. Le nez exhale des arômes de fruits bien mûrs (framboise, griotte), d’épices douces, de tabac, de cèdre et de cacao. La bouche est corsée, avec une texture soyeuse sur des notes de fruits compotés qui enveloppent le palais, mais sans lourdeur. Grande persistance en finale.

Prix: non distribué en Suisse, env. 25 euros.


La Loma 2015, Bodega Miguel Merino (tempranillo, grenache)

Miguel Merino a créé sa cave en 1994 près de Briones, dans la Rioja Alta. C’est un défenseur de la notion de terroir et un candidat naturel au label Viñedos Singulares. La Loma incarne sa philosophie: c’est le nom d’une parcelle de 1,4 hectare au sol riche en fer plantée en 1946 et vinifiée séparément pour la première fois en 2015. Une partie du vin, élevé dans des barriques d’une tonnellerie qui ne correspondait pas au style recherché, a été déclassé.

Dégustation: Le nez est subtil et délicat, avec des arômes de pétales de rose, de fruits rouges (groseille), de graphite et une note de torréfaction qui souligne un élevage ambitieux. La bouche offre beaucoup de volume avec des tanins veloutés. L’acidité, le fruit et le bois de la barrique ne sont pas encore tout à fait intégrés, mais son potentiel est évident. A garder.

Prix: 58 francs chez Vinosur GmbH, vinosurgmbh@bluewin.ch


Oinoz Crianza 2014, Bodegas y Viñedos Carlos Moro (100% tempranillo)

Situé à San Vicente de la Sonsierra, au cœur de la Rioja Alta, ce domaine viticole créé en 2014 a pour ambition de devenir une des références de l’appellation. Une ambition légitime dans une commune réputée pour produire les meilleurs tempranillos au monde – le groupe Edmond de Rothschild Héritage et Vega Sicilia, le célèbre domaine espagnol, se sont associés pour construire une nouvelle cave sur place en 2017. Les 8 hectares de vignes qui donnent naissance à Oinoz sont situés à 600 m d’altitude, avec un climat frais de montagne.

Dégustation: C’est un rioja sur le fruit, très droit, avec de la finesse et de l’élégance. Il séduit par son dynamisme et sa texture ciselée, sur des arômes de framboise et de violette, avec une touche de poivre blanc et de réglisse en finale. Loin des standards de la région.

Prix: 21 francs chez Rivera Wine & Gourmet AG, info@riverawine.ch

Publicité