Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La boutique L’Annexe, à Sion, propose des créations uniques composées uniquement des tissus récupérés chez Emmaüs.
© © Anaïs Bottaro

Un jour, une idée

A Sion, les fripes deviennent créations

La boutique L’Annexe propose des vêtements uniques fabriqués par des apprenties couturières à partir de tissus récupérés chez Emmaüs

Emmaüs, c’est un bric-à-brac de vaisselles dorées, de livres un peu cornés et de tables patinées. C’est aussi des montagnes de vêtements de seconde main qui sont déposés chaque semaine dans des sacs en vrac. Une fois ceux-ci triés, seuls les habits en bon état seront revendus au sein de la brocante. Quant aux tissus légèrement tachés, abîmés ou décousus, ils finissent tout simplement… à la poubelle.

Enfin, non: pas à Sion. Depuis un an, l’équipe de L’Annexe récupère ces fripes orphelines pour les transformer en pièces de caractère. «L’impulsion est venue d’une bénévole d’Emmaüs Sion, qui a contacté l’Ecole de couture du Valais pour lui proposer de récupérer ces tissus dont on pouvait encore faire quelque chose», explique Anaïs Bottaro, jeune gérante de L’Annexe et couturière de formation. Un projet de collaboration est lancé, et la boutique ouvre ses portes en février dernier.

La tendance «upcycling»

Une fois par semaine, des étudiantes de l’école sierroise, âgées de 15 à 18 ans, se rendent donc à L’Annexe pour trier les derniers arrivages et sélectionner les pièces qu’elles couperont, coudront et associeront pour créer de nouveaux vêtements originaux. C’est comme ça qu’une chemise d’homme aux manches abîmées devient une blouse féminine à dentelle et volants. Ou qu’un blazer au cuir usé est habillé d’une étoffe fleurie originellement destinée à l’ameublement. Des créations uniques, parfois excentriques, parfois vintage, vendues juste à côté de l’entrepôt d’Emmaüs, dans une charmante boutique, hipster et cosy.

Des cours, aussi

Rien ne se perd, tout se transforme. Ce concept a un nom: l’upcycling, ou comment recycler pour monter en qualité. «Cette tendance amène aussi à s’interroger sur l’origine de ce qu’on porte, à réfléchir à notre manière de consommer», souligne Anaïs Bottaro, qui dit lutter contre la fast-fashion et le diktat des collections. Sur chaque vêtement, une étiquette indique d’ailleurs, en plus du prix (oscillant entre 50 et 200 francs), le nom de l’apprentie couturière, les pièces utilisées et le nombre d’heures passées à la confection.

Et pour ceux qui voudraient s’essayer à l’upcycling, L’Annexe propose des cours le samedi matin, destinés aux couturiers expérimentés comme aux débutants. Une belle occasion de mêler style et récupération.


L’Annexe d’Emmaüs, route de Riddes 51, Sion, me 13h30-18h30, sa 9-12h et 13h-16h45 (de janvier à octobre).

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a