Nuits d’été

Songes de saison près d’un four à pain valaisan de 1894

Le four à pain est un phare dans la nuit bleutée valaisanne. Point central des villages et des hameaux, il a fédéré des décennies d’habitants. Si la plupart d’entre eux se sont endormis pour de bon, quelques irréductibles s’embrasent encore une ou deux fois par année. C’est le cas de celui de Saint-Jean, construit en 1894, qui est allumé à la Saint-Nicolas pour dorer les biscômes des enfants et une centaine de pains de seigle.

Le chalet en vieux madriers est composé de deux pièces: le four où le pain est cuit au feu de bois; et une chambre attenante, chauffée par un four à pierre ollaire, destinée au façonnage et au levage des miches.

Les toilettes sont à l’extérieur du bâtiment. En 2010, l’ancien propriétaire du gîte attenant a eu l’idée d’aménager les lieux en chambrette bucolique à louer d’avril à mi-septembre. Parti faire un tour du monde en famille, il a depuis passé le flambeau aux Droux, des Chaux-de-Fonniers chimistes trentenaires qui ont tout plaqué pour ouvrir, en famille, le gîte de l’Ecole de Pinsec, situé un peu plus loin dans le val d’Anniviers.

Le temps d’une nuit, on s’enferme dans ce chalet témoin du mode de vie montagnard authentique. On mange dans la pièce du four, au mobilier en pierre taillée, le contenu d’un panier gourmand proposé en option (60 francs pour 2 personnes, assiette valaisanne, dessert maison, pichet de vin, eau minérale). A moins de préférer un repas chaud, plus copieux, dans la magnifique salle bourgeoisiale du gîte datant de 1641, où des douches sont accessibles. Plus tard, sous la couette douillette, on jette un dernier coup d’œil au décor éphémère. Avant de sombrer dans un sommeil profond. Celui des nuits d’été, là-haut. Comme autrefois. La chambre du pain, Saint-Jean (VS). Tél. 078 628 56 59.Prix: 120 francs par couple avec pe­tit-­­ déjeuner.  www.lachambredupain.ch