Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La montre Hublot.
© © Fred Merz | lundi13

Chronique horlogère

Le temps sous toutes ses coutures

Hublot a récemment lancé une série de montres dont les cadrans et les bracelets sont couverts de tissus napolitains. Il s’agit de la troisième collaboration avec l’homme d’affaires italien Lapo Elkann

Comme toute bonne valse, la récente déclinaison de la collection Classic Fusion de Hublot se danse à trois temps. Elle s’appuie sur de précieux tissus stockés depuis quelques dizaines d’années dans une boutique de Naples, sur le style «furieusement créatif» de l’homme d’affaires Lapo Elkann et, enfin, sur les compétences horlogères de la marque du groupe LVMH.

Résultat: six montres à la complexité mécanique certes relative – elles sont équipées du calibre chronographe automatique HUB1143 (mouvement Sellita avec module Dubois-Dépraz) qui fait ses preuves depuis 2011 – mais dont les cadrans et bracelets sont couverts de tissus italiens. Cette démarche n’est pas sans rappeler Vacheron Constantin qui, pour sa collection «Métiers d’art élégance sartoriale», avait choisi d’imiter certains types de tissus dans la confection de ses cadrans. A un détail près: dans le cas de Hublot, une véritable couche de laine est appliquée sur le cadran et le bracelet.

Poétiquement baptisée 521.CM.2706.NR.ITI17, la version ci-contre coûte 15 300 francs, est conçue avec un boîtier en céramique noir et habillée de tissu prince-de-galles. Ses cinq cousines ont préféré revêtir d’autres laines comme le tartan ou le pied-de-poule.

Luxe et élégance à l’italienne

Avec cette nouvelle série, c’est la troisième fois que Hublot confie les clés de l’une de ses collections à Lapo Edovard Elkann. Petits-fils de l’emblématique dirigeant de Fiat Gianni Agnelli, ce businessman est souvent qualifié de «Dandy excentrique» par la presse à scandale qui s’intéresse à ses frasques. Mais il est également connu pour son entreprise Italia Independent, fondée en 2007 et déconnectée du groupe, qui possède notamment les marques Alfa Romeo, Dodge ou Maserati.

«[Avec Italia Independent], je voulais voir ce que j’étais capable de faire sans ma famille et sans l’argent de ma famille», déclarait «l’homme le plus élégant du monde» dans un grand portrait que lui a consacré «Vanity Fair» en octobre 2016. Autre corde à l’arc de Lapo Elkann: «Garage Italia Customs», qui personnalise voitures de luxe, yachts, hélicoptères ou encore jets privés. Logiquement, il devait s’intéresser aux montres.

Une troisième collaboration

Pour cette troisième collaboration avec Hublot, Lapo Elkann a donc choisi de se rendre dans l’arrière-boutique de son tailleur napolitain Rubinacci. Dirigée de père en fils depuis 1932, cette maison est connue loin à la ronde pour ses costumes sur mesure et, surtout, pour sa collection d’étoffes anciennes. Luca Rubinacci, petit-fils du fondateur, explique dans un communiqué comment il a commencé cette aventure horlogère: «J’ai sélectionné ces tissus en pensant aux costumes que nous réalisons pour Lapo Elkann, en partant de couleurs extravagantes comme un tartan multicolore à un pied-de-poule plus classique, que j’ai voulu noir et blanc.»

Etonné de voir ces tissus terminer dans un garde-temps, l’homme savoure cette renaissance: «Je ne pensais pas qu’il était possible de mettre de la laine sur le bracelet et le cadran d’une montre. Hublot y est parvenu et le résultat va au-delà de mes espérances.» La marque de Nyon soutient avoir tout mis en œuvre pour que de petites poussières de laine ne viennent pas se promener entre les aiguilles.

Seul problème, ces «Classic Fusion Italia Independent» seront difficiles à trouver. Car ces éditions produites en quantité limitée (entre 50 et 100 pièces) ont déjà toutes été vendues. «La collection a immédiatement été sold out, se réjouissait le patron de Hublot, Ricardo Guadalupe, en terminant la Foire de Bâle. Nous réfléchissons donc à d’autres projets dans la même lignée, avec d’autres tissus.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a