Nicolas Copernic doit se retourner de plaisir dans sa tombe. Avec les horlogers actuels, il a trouvé de plus en plus d’adeptes prêts à «illustrer» sa théorie de l’héliocentrisme sous la forme d’une représentation de la Terre sur leur cadran. Ces interprétations rappellent les origines de l’horlogerie, une discipline née des observations astronomiques faites dès les premières civilisations. Si la lecture des indications horaires sur une montre ne fait pas forcément ressortir cette filiation «astronomique», tel est cependant le cas des montres qui animent des hémisphères ou des globes rotatifs. Une démarche qui a clairement le vent en poupe.