Slash/Flash

Tina Kunakey/Eve

Et si les créateurs qui nous inspirent n’étaient que des avatars? Et si les people qui nous font rire n’étaient que les duplicatas de figures qui ont déjà existé? C’est la question que se pose cette chronique. Zoom sur la nouvelle femme de Vincent Cassel

Aujourd’hui, c’est Eve. Celle d’Adam. Mais j’aurais pu remplir tout ce magazine rien qu’avec les figures mythiques qui feraient tout aussi bien l’affaire: Blanche-Neige, Cendrillon ou la Belle au bois dormant; toutes les très jeunes maîtresses de Zeus (quel cortège innombrable!); j’aurais aussi pu choisir l’aimée célébrée par le Cantique des cantiques; ou Julia Roberts dans Pretty Woman; ou Marie, la jeune compagne de daddy Joseph; ou Marilyn Monroe, ex-épouse d’Arthur Miller; ah, et il y a encore Oona et Paulette Goddard, deux épouses que Chaplin avait prises au berceau; sans oublier Lolita – comment aurais-je pu l’oublier, celle-là?

Le point commun entre ces figures féminines identificatoires: elles sont toutes plus jeunes que leur(s) partenaire(s) masculin(s). En fait, j’ai bien essayé de trouver une héroïne plus âgée que son partenaire, et je n’en ai quasi pas trouvé. De la Bible qui fait d’Eve la cadette d’Adam à Voici, de Disney où les princes ont des airs de grands frères à Homère où les dieux s’abandonnent entre deux cuisses fraîches, de Hollywood aux telenovelas, dans les couples hétéronormés, la femme a systématiquement l’air plus jeune que l’homme. Seules exceptions notoires: Ulysse et Pénélope. Et, bien sûr, Brigitte et Emmanuel – bravo Manu, voilà au moins un point sur lequel tu n’as pas déçu.

Dans un tel paysage, comment se fait-il que le couple Vincent Cassel-Tina Kunakey ait engendré tant de commentaires offusqués? Certes Tina Kunakey, jolie métisse plus ou moins mannequin, fille d’un père togolais et d’une mère sicilienne, est née en 1997 alors que son mari, le comédien français, est né en 1966. Certes, Tina Kunakey a donc à peu près 34 ans de moins que Monica Bellucci. Mais les people ne sont-ils pas censés être le miroir grossissant de nos existences excessivement minuscules? Je ne dis pas qu’il faille applaudir à ces figures de couples qui donnent une idée positive du paternalisme et qui soulignent l’obsolescence programmée des femmes.

Mais comment s’en étonner à l’heure du Viagra qui prolonge la verdeur? Maintenant que la vie s’est tellement prolongée, l’écart d’âge entre Vincent Cassel et Tina Kunakey vaut bien celui d’une Marilyn et de son Arthur Miller, ou bien? Je parie qu’il vaut presque celui entre Adam et Eve tant, aux matins de l’humanité, le temps devait courir plus vite que le nôtre. Et puis enfin, puisqu’on est entre nous… De plus en plus de nos choix (musicaux sur Spotify, sexuels sur Pornhub, etc.) sont dictés par des algorithmes qui ciblent nos goûts («jeunette asiatique», «ours mature», «baby-sitter en cuissardes», etc.) et figent nos préférences dans des catégories librement consenties et exacerbées. Et nous nous offusquerions de voir Vincent Cassel faire un enfant à cette Tina Kunakey dont il pourrait être le grand-père? Et la twittosphère, le mois passé, s’est mise à conspuer Yann Moix et son attirance pour les jeunes asiatiques? Quelle hypocrisie.

Je résume? Tina Kunakey fait couple avec un type plus âgé qu’elle. Comme Eve avec Adam. Comme des milliers de femmes qui fantasment sur leur patron. Comme des millions de filles célibataires qui surfent sur Tinder en cochant les cases qui leur permettront de filtrer des mecs plus âgés qu’elles. Aimer, n’est-ce pas appliquer la loi du désir?

Après, je ne dis pas. Voir Tina Kunakey se mettre en scène sur Instagram les jambes écartées dans le sable comme une adolescente en pleine montée d’hormones; ou singer, cliché après cliché, la joie d’une gamine qui aurait touché le gros lot… Eve, si elle avait possédé l’iPhone X, n’aurait pas fait ça.


Chroniques précédentes:

Publicité