Un jour, une idée

Toute l’élégance d’Igor Stravinsky en sa maison de Morges

Le manoir où a habité le musicien a été transformé en un hôtel-restaurant atypique et raffiné

Il y a un siècle, c’est dans ce manoir situé à deux pas du lac Léman que le musicien Igor Stravinsky terminait l’Histoire du soldat, partition composée pour habiller un texte de l’écrivain vaudois Charles Ferdinand Ramuz. En 2012, Héloïse Barbey et Catherine Dreyfus transforment le domaine en un hôtel atypique et élégant: La Maison d’Igor. «Un projet de longue date», confie la première.

Dès le hall décoré de boiseries et de stucs originaux, on s’attend à entendre des gammes assourdies descendre de quelque piano Steinway caché dans les étages. Les fenêtres laissent apercevoir le parc de 4000 mètres carrés qui descend vers le lac. On imagine bien Stravinsky y déambuler pensivement parmi les arbustes. Du reste le nom de chaque chambre ramène le visiteur à l’œuvre du compositeur et aux rencontres qui ont marqué sa vie. «Ernest» pour le chef d’orchestre Ernest Ansermet. «Charles F» pour Ramuz. «N° 5» pour… qui vous savez.

Chacune d’elle conserve dans ses murs une trace du passé de la maison. Ici le carreau d’origine d’une ancienne douche transformée en placard, là une charpente d’époque exhumée de sous un faux plafond. Certaines pièces du mobilier sont des ajouts récents, tour à tour baroques ou épurés, parfois audacieux, souvent concluants. D’autres, telle la fontaine qui trône dans les cabinets du restaurant au-dessus d’une vasque assortie, sont des ornements d’origine à qui les propriétaires ont donné une nouvelle vie en les changeant d’emplacement.

Le restaurant, justement, propose une cuisine raffinée où prévaut la qualité du produit. On conseillera la poêlée de légumes servie en feuilleté sur sa mousse d’artichaut, ou n’importe quoi d’autre d’ailleurs: la carte est courte mais soignée. Les amateurs pourront même y déguster des escargots flambés au pastis ou un tartare de bœuf arrosé de cognac. L’année prochaine, un nouveau chef donnera aux mets proposés une saveur plus méditerranéenne. Les deux gérantes de l’hôtel ne craignent de toute façon pas la nouveauté, pour peu que celle-ci s’accorde au cachet du lieu et à son histoire.


La Maison d’Igor, 2, rue Saint-Domingue, Morges, tél. 021 803 06 17, www.maison-igor.ch et www.table-igor.ch

Publicité