Chronique horlogère

Quand Tudor patine

Vous cherchez une montre qui n’existe qu’en un exemplaire mais dont le prix est abordable? Avec sa Black Bay en bronze, Tudor propose une solution. Nous l’avons vérifié durant les Fêtes

D’abord, le décor: l’océan, à perte de vue. Des milliers de gouttelettes d’eau salée qui éclaboussent la coque en chêne d’un fier vaisseau. L’air marin siffle dans les oreilles et fait craqueler la peau. Sur le pont, une pèlerine en caoutchouc claque au vent et n’est retenue que par sa ceinture de plombs. Posé à côté, le lourd casque en bronze plante son regard vide vers l’horizon. Les éclats du soleil font miroiter son hublot. Le scaphandrier serre les poings et rassemble son sang-froid. Une nouvelle fois, il s’apprête à risquer sa vie en plongeant dans les profondeurs océanes.

Toutes proportions gardées – et avec pas mal d’imagination –, c’est un peu le sentiment que provoque la Black Bay Bronze lorsqu’on la tient en main pour la première fois. Son boîtier en bronze, une première pour Tudor, lui confère un indéniable caractère marin. L’auteur du communiqué de presse publié à l’occasion de la sortie de la montre, en 2016, ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Le bronze, «clin d’œil esthétique au cuivre des navires anciens et aux équipements de scaphandriers». Effet réussi.

Evolution en fonction du porteur

Mais ce n’est pas tout. Car le bronze patine. Immédiatement après son polissage, le métal présente d’abord une agréable couleur jaune doré mais, au fil du temps, s’assombrit et peut virer au vert, au rouge, voire au noir (dans le cas du fameux bronze de Corinthe). Tudor en a fait un argument de vente: «Le choix de ce métal […] promet l’apparition d’une patine unique et subtile liée aux habitudes de son porteur», assure le communiqué de presse.

Pour en avoir le cœur net, nous avons demandé un modèle à l’entreprise. Objectif: observer de plus près comment la pièce allait évoluer sur quelques semaines (six, pour être précis). Résultat concluant.

Evolution unique mais rapide

Pour ce qui est de son unicité, le communiqué dit vrai. La manière dont le métal évolue dépend bien entendu surtout de l’alliage du bronze – et ce dernier est le même pour toutes les références 79250BM du marché. Néanmoins, elle dépend aussi des conditions dans lesquelles la montre est utilisée (les fameuses «habitudes du porteur», soit par exemple l’acidité de sa transpiration ou son type de vêtements). Et à comparer avec les témoignages d’autres porteurs de Black Bay Bronze sur les forums horlogers, les 79250BM peuvent prendre des teintes très différentes après quelques mois au poignet.

Cette patine s’est révélée en revanche nettement moins subtile que ce qui était promis. En quelques jours seulement, la montre a déjà changé de visage et de caractère. Le jaune doré évoqué plus haut ne dure que deux grosses semaines et glisse rapidement vers une teinte plus sombre difficile à décrire. 

Tudor ne dit pas si, après quelques centaines d’années, la montre prendra également cette teinte verte si caractéristique des antiques statues en bronze.

Dans la droite ligne de Tudor

Au-delà du métal choisi – très à la mode dans l’horlogerie ces dernières années –, cette pièce est convaincante en tous points de vue. Si elle semble plutôt large (43 mm) et lourde (94 grammes), cela ne se ressent pas au porté. Et si ses couleurs (marron-chocolat) ne renvoient pas immédiatement à l’univers de la marque genevoise, le résultat, vendu 3800 francs, s’inscrit pourtant parfaitement dans la lignée de la collection Tudor.

La montre est équipée du mouvement maison MT5601, certifié COSC mais dont la précision va largement au-delà des -4/+6 secondes promis. Le jury du Grand Prix d’horlogerie de Genève ne s’y est pas trompé, en lui décernant le Prix de la petite aiguille en 2016.

Ultime cerise sur le gâteau: en regardant l’heure sur cette montre, il n’est pas impossible d’avoir parfois un léger parfum d’eau de mer dans la bouche.


Spécificités

Marque: Tudor

Collection: Heritage Black Bay

Nom complet: Tudor Heritage Black Bay Bronze

Diamètre: 43 mm

Boîtier: Bronze (alliage cuproaluminium)

Calibre: MT5601, mécanique à remontage automatique

Réserve de marche: env. 70 heures

Etanchéité: jusqu’à 200 mètres

Prix: 3800 francs


Nos autres chroniques horlogères

Longines Conquest VHP - La montre déconnectée (27.11.2017)

TAG Heuer Carrera - L'art de la nostalgie démocratique (06.11.2017)

Oris Divers Sixty Five - Une Oris à moustache (13.11.2017)

Publicité