Un jour, une idée

Un couple anglais milite pour plus de flexibilité au travail quand on est parent

Depuis qu’ils ont des enfants, Anna Whitehouse et Matt Farquharson veulent que les employeurs accordent davantage de liberté dans l’organisation du travail. Ils font partie des intervenants de la conférence TEDxLausanneWomen, qui a lieu ce mercredi à l’EPFL

Anna Whitehouse et Matt Farquharson sont devenus parents. Et, plutôt que de se plier en quatre pour faire entrer cette nouvelle réalité dans leur vie, ils ont décidé de tout changer. Les deux rédacteurs publicitaires anglais en ont fait un blog, un podcast, un livre et un gagne-pain.

Sur leur site, Mother Pukka, ils distillent des conseils aux parents, partagent leurs expériences de fausses couches, racontent le choc du retour au travail après une naissance. Et s’activent pour faire passer ce message, qu’ils relayeront à l’EPFL ce mercredi lors d’une conférence TEDxLausanneWomen: il faut davantage de flexibilité dans le monde du travail, au bénéfice des employé(e)s. Le couple a appelé à des flash mobs sous le mot-clé #flexappeal à Londres, Manchester ou Glasgow, pour inviter les entreprises se montrer plus souples.

Notre chronique: Travail à la maison, le rêve ou le piège?

Cette action s’enracine dans l’expérience d’Anna Whitehouse. En 2015, elle quitte son travail de journaliste de mode pour devenir rédactrice publicitaire à L’Oréal. Lorsque l’entreprise déménage à 90 minutes de chez elle, la jeune maman réclame 15 minutes de flexibilité sur ses heures d’arrivée et de départ du bureau. C’est non. Elle décide alors de démissionner et crée Mother Pukka. Aujourd’hui, le site, financé par des contenus publicitaires, atteint une audience de 250 000 personnes, selon ses créateurs. Anna Whitehouse gagne aussi sa vie comme influenceuse sur Instagram, où elle compte 188 000 followers.

«Moins stressé et donc plus efficace»

Une liberté accrue au travail bénéficie à tous, estiment les Anglais, tous deux indépendants désormais, et parents de deux enfants de 5 et 1 an: «Aux employés, plus heureux, moins stressés et du coup plus efficaces. Et aux entreprises, qui économisent des millions en recrutement, car les collaborateurs restent plus longtemps.»

Souvent les chefs redoutent que, hors de vue, les équipes se laissent aller. «Etre au bureau ne préserve pas du relâchement!» rétorque Matt Farquharson. Il prône à titre d’exemple le jumelage de d’emploi du temps de deux collaborateurs pour favoriser le temps partiel, ou encore la possibilité d’édicter une règle voulant que tous soient à leur bureau entre 10 et 14h, mais puissent passer le reste de leur journée de travail où ils l’entendent. Et conclut sur une image fermière: «Nous sommes comme les poules: elles font de meilleurs œufs lorsqu’elles sont en plein air qu’en batterie.»


TEDxLausanneWomen, mercredi 5 décembre à 19h, SwissTech Convention Center, EPFL, Ecublens.

Publicité