Un jour, une idée

Un grain de café dans les champs de Savigny

The Good Life mise sur la solide expérience des baristas qui savent comment libérer tous les arômes

A Savigny, les locaux de The Good Life sont dissimulés derrière une porte de garage que l’on aurait tort de ne pas soulever. L’entreprise de torréfaction créée en 2015 achève de s’installer dans sa nouvelle demeure où, outre la manufacture du café, elle propose d’enseigner sa préparation dans les règles de l’art. Au rez, les grains déjà torréfiés attendent d’être moulus, tandis que d’autres patientent dans leur toile de jute. Ian Gray plonge une main dans un des sacs et fait rouler sous ses doigts quelques «pépites» d’un vert tirant sur le blond.

Lire aussi: Pédaler dans le café

«Quand j’étais petit, on partait régulièrement camper et on emportait notre café soluble», se remémore, souriant, le fondateur de la compagnie. Les choses ont bien changé depuis que le jeune homme, originaire d’Afrique du Sud, a voyagé et découvert la maîtrise des baristas australiens. Une «expérience» gustative et sociale qui l’a poussé à lancer The Good Life, déjà bien connu alentour: son café figure au menu d’enseignes comme Tibits ou le Sleepy Bear Coffee.

Eloge de la lenteur sous caféine

Les affaires sérieuses ont lieu au deuxième étage où, accoudé à une table de bois interminable, le barista en chef, Luca Nicolosi, dispense son savoir. Une fois les rudiments théoriques énoncés, on choisit un café – brésilien, en l’occurrence, avec son arrière-goût de noisette – qu’on ausculte avant d’en verser 12 grammes au fond d’une tasse. On moud, tout en chauffant de l’eau à 94°C (pas plus, sinon le café brûle!), puis on hume une première fois la mouture avant de la noyer. On replonge le nez dedans avant de casser la mince croûte qui s’est formée à la surface et de nommer l’arôme dominant (amande, chocolat, etc.).

Lire aussi: Comment sauver le goût du café?

Il faut encore retirer la crema, cette fine couche mousseuse et dorée «et puis on goûte! Et on note […]. Ici, les gens essaient tout, et en connaissant mieux, se font une idée du café dont ils ont besoin. Ils peuvent ensuite se former à bien utiliser leur machine à café manuelle ou les méthodes par filtrage qui laissent tous les arômes se libérer», précise Luca. Après ça, nul besoin de devenir expert pour avoir envie d’enterrer sa machine à capsules!


The Good Life Company, chemin de Geffry 7, Savigny (VD), tél. 021 861 18 18, cours machine expresso et/ou cours «special brew», 200 fr. les 4h.

Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité