Un jour, une idée

Un petit grain de riz italien au si grand goût

Cette céréale fait rarement rêver les gastronomes. Et pourtant, un peu de curiosité permet de découvrir une pépite, produite à quelques encablures seulement de la Suisse

Quoi de plus anodin que le riz, dira-t-on? Un produit d’une banalité bien souvent confondante, dont le consommateur se fiche pas mal. Niveau plaisir gustatif, il frise fréquemment, il est vrai, l’encéphalogramme plat. Faut-il pour autant mettre tous les grains de riz dans le même panier? Pour le savoir, cap sur le nord de l’Italie, dans le Piémont précisément.

Du XVIIe siècle

La plaine du Pô, hautement fertile et peu avare en eau, constitue depuis toujours l’épicentre de la production européenne de riz. C’est là, à Casalbeltrame, petit village de la province de Novare, que se situe le domaine agricole La Mondina. Riche d’une tradition qui remonte à la fin du XVIIe siècle, une époque où méthodes d’irrigation et techniques de culture se perfectionnent, elle cultive avec passion plusieurs variétés de riz d’exception.

Parmi celles-ci, le carnaroli et l’artemide. Si le premier, bien connu pour entrer dans la composition des meilleurs risottos, est un classique, le second interpelle. Il s’agit en réalité d’une variété encore peu répandue, développée en 2005 par une coopérative agricole locale, la Sapise. Elle résulte d’un croisement entre le riso venere, un riz noir aux origines italiennes avérées, et la variété indica, de provenance plus lointaine et présentant des grains à la fois longs et étroits.

Des vertus antioxydantes

L’artemide, à la couleur très foncée, presque noire, exhale une fois cuit des arômes intenses de noisette. Sa texture, moelleuse, accompagne avec élégance le poisson et les champignons. Riche en fer et en silicium notamment, il présente des vertus antioxydantes qui semblent à la hauteur de ses qualités gustatives. Son seul défaut? La cuisson en autocuiseur ne lui réussit pas. Mais c’est un détail.

Quelques épiceries, spécialisées en produits de bouche italiens, proposent déjà l’artemide estampillé La Mondina. Mais elles ne sont pas nombreuses. La solution? S’adresser à Sofia Cattani, une charmante tante de la famille productrice, installée en Suisse. Histoire de découvrir un petit grain au grand goût!

Lire aussi: Le meilleur du Piémont dans une ruelle lausannoise


Riso Buono La Mondina, via Sofia Cattani, sofiacattani@bluewin.ch, tél. 079 325 66 14.

Publicité