Mobilité

Un Zurichois imagine un véhicule autonome en forme d’alcôve

Star des salons automobiles grâce à ses prototypes excentriques, la société zurichoise de Frank Rinderknecht présente «Snap», un véhicule-écosystème composé de deux modules indépendants

Frank Rinderknecht définit Rinspeed, sa société de design et conseil automobile, comme une «usine à idées». Chaque année au CES de Las Vegas puis au Salon de l’auto de Genève, le Zurichois présente un véhicule extravagant, conçu avec l’aide d’équipementiers ou de firmes high-tech du monde entier. Aucun de ses prototypes n’est jamais entré en production, mais l’important n’est pas là. Frank Rinderknecht fait parler de lui, offrant également une belle visibilité à ses partenaires technologiques.

A propos du salon: A Las Vegas, le CES s'ouvre sur fond d'inquiétudes sur la sécurité informatique

Un véhicule qui se veut holistique

Après la voiture-drone, amphibie, sous-marine ou avec un vrai jardin à l’intérieur, voici Snap, dont le nom évoque le claquement d’une pièce qui s’emboîte dans une autre.

Dévoilé à l’actuel CES, le véhicule se veut holistique: la somme de ses parties serait plus grande que son tout. Bien sûr électrique, autonome et connecté, Snap est composé de deux parties. La première évoque un skateboard. Cette base roulante reçoit les batteries, les moteurs électriques, ainsi que l’électronique et les logiciels. Ces composants étant rapidement frappés d’obsolescence, ils sont conçus pour être renouvelés de manière régulière, par simple substitution de modules. Tous, assure Rinspeed, sont aisément recyclables.

L'année passée: L'éventail de l'innovation suisse au salon CES de Las Vegas

Habitacle à câlins

En revanche, le «pod» ou cellule habitable qui se clippe sur le châssis a une durée de vie bien plus longue. Il s’agit plutôt d’une gamme de pods. Certains s’utilisent à l’arrêt, pour servir de commerce éphémère, de caravane pour le camping, voire d’alcôve pour des «câlins», suggère le malicieux Frank Rinderknecht. D’autres sont destinés aux trajets partagés et individuels, ainsi qu’aux livraisons de paquets.

L’habitacle regorge de fonctions numériques: assistant personnel, reconnaissance faciale des passagers, messages projetés par laser sur les vitres, écrans à l’intérieur et à l’extérieur, lumière LED à émission ultraviolette qui tue les bactéries, même un distributeur d’infusions bio, menthe-fraise par exemple.

Il y a bien sûr loin de la coupe aux lèvres: Snap est un écosystème qui se veut mobile, mais reste de salon. Il n’empêche, à chaque fois, Frank Rinderknecht arrive à faire passer un message contemporain, volontiers critique. Ici, la trop courte durée de vie des logiciels, des capteurs et des systèmes robotisés qui s’imposent de plus en plus dans l’automobile.

Publicité