Un jour, une idée

Une nouvelle histoire d’eau à vivre à Genthod

Dans la vague des nouvelles plages genevoises, les Bains du Saugy invitent à étendre sa serviette et/ou à barboter au-dessus de l’eau

Après les aménagements des Bains des Pâquis, de Baby Plage, du Port Gitana, du Vengeron, et du Centre nautique de Genève Plage, les Bains du Saugy déroulent à leur tour un accès au lac Léman pour les Genevois. D’autres réalisations suivront dans les prochaines années, notamment la plage de Céligny ou la future plage publique des Eaux-Vives, guidés par une volonté politique d’accroître les possibilités de s’immerger au bout du lac.

Unique zone de baignade avec le Creux-de-Genthod pour les habitants de ce village, l’étroite bande de terre et le petit ponton étaient tout ce qui restait des cabines, plongeoir et promenade installés dans les années 1920. Le petit ponton étant pris d’assaut par les serviettes en été, il fallait se lever tôt pour en profiter les week-ends caniculaires.

Lire aussi: Se baigner dans le Léman, toute une histoire

Réfection profonde

Mais cela a changé depuis deux étés, grâce à une réfection profonde poussée par l’Etat de Genève et la commune, et imaginée par le bureau genevois Gilbert Henchoz Architectes paysagistes associés SA. Une plateforme flottante de 150 m² a été construite, adossée au ponton. Plusieurs échelles et deux bancs ont été installés sur cette dernière, ainsi qu’une petite pataugeoire en inox perforé. En aval, une deuxième plateforme, plus restreinte mais que les autorités prévoient d’agrandir, fait face à un plongeoir. Sur les rives, le bardage du passage sous-voie menant aux Bains est pensé telle une vague qui se fond dans l’atmosphère boisée du lieu.

Cette aire d’accueil avec douches et cabines se présente comme un promontoire qui surplombe tout le projet et le paysage lointain, jusqu’au Jet d’eau et au Mont-Blanc. Une promenade rythmée par quatre longues banquettes et trois grands barbecues mène au ponton flottant. Tout au long du mur, de nouveaux enrochements servent de refuge aux oiseaux lors de tempêtes. Des roselières, constituées de plantations indigènes, accueillent la faune: les cygnes viennent y nicher, les petits poissons s’y cacher. Pour que chacun tisse ici de belles histoires d’eau.


Bains du Saugy, à Genthod (GE).

Publicité