Bon appétit

Une table «monastic»

Les moniales et moines ne vivant pas que de prières et d’eau bénite, ils sont obligés de gagner leur pain quotidien

Les moniales et moines ne vivant pas que de prières et d’eau bénite, ils sont obligés de gagner leur pain quotidien. Alors, entre d’infatigables dévotions, ils empoignent qui la pioche, qui le marteau, ou encore la bassine à confiture ou la cuve à fromage, afin de faire des produits de qualité. L’association «monastic» rassemble plus de 200 communautés de tradition chrétienne en Allemagne, Belgique, France, Italie, au Luxembourg, au Portugal et en Suisse. On trouvera la liste de leurs productions sur monastic-euro.org. Un exemple gourmand de ce savoir-faire? Nombre de mangeurs connaissent la Chartreuse verte, un élixir que concoctent des trappistes dans une abbaye du même nom, lesquels courent la mon­tagne pour récolter des plantes aromatiques. Eh bien? Cette merveille éblouit, à petite dose, une mousse au chocolat, et exalte aussi une sauce pour le gibier!

Allons d’abord à l’abbaye Notre-Dame d’Œlenberg, dont la réputation remonte à neuf siècles, gouvernée d’abord par les chanoines de saint Augustin, puis par les jésuites, et par les trappistes depuis 1825. Là, ces aventuriers de la pasta de qualité fignolent des pâtes torsadées (abbaye-oelenberg.com). Continuons vers Notre-Dame de Brialmont où les moniales, depuis 1961, ont la haute main sur le séchage des champignons (brialmont.abbesse@skynet.be). En route pour l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux, nichée au pied du mont Ventoux. Ici, on presse des olives pour en faire une huile recommandable (00 334 90 62 56 31). Un peu de fromage? Les trappistes de Notre-Dame de Tamié, vers Albertville, savent faire une pâte pressée non cuite. Nous avons encore en tête le témoignage de l’un des fromagers Boujon, il y a des années, qui allait donner un coup de main à ces gens quand ils en avaient besoin (communauté@abbaye-tamie.com).

Avec ces bons produits, régalons-nous d’un plat de pâtes. Comment les arroser? Avec un rosé de Cinsault et de Grenache! Ce sont les moniales du monastère de la Protection-de-la-Mère-de-Dieu qui piochent la vigne (00 334 66 82 94 25). La gourmandise est-elle un péché?

www.maxime-pietri.ch

Publicité