Défilé

Vanessa Schindler au top de la mode

La designer a remporté le prix HEAD Master Mercedes-Benz lors du défilé des diplômes de la filière mode de la Haute école d’art et de design vendredi soir

 Ambiance fashion-week vendredi soir à Genève. Mais fashion-week à la cool, très loin des hystéries de Paris ou de Milan. Comme chaque année, un monde fou se retrouve assis dans le noir de l’espace Hippomène de Châtelaine pour assister au défilé des étudiants de la filière mode de la Haute école d’art et de design. Un aéropage passionné de style mais qui sait ménager son calme. Même si parmi les 25 collections (20 chez les Bachelors, 5 chez les Masters) qui vont défiler, deux seulement seront récompensées. Les diplômés de 3e année ouvrent les feux de la rampe.

Ambiance Barbès wax

 On imagine la complication du jury qui doit choisir au milieu de la parade quel candidat mérite de remporter le prix HEAD Bachelor Bongénie. Entre les bottées fatales de Coline Rosseti, les impressions d’Afrique de Laura Cottonet, les tricots XXL de Chloé Robilahy et l’ambiance Barbès wax de Rafaela Almeida, ce sont tous les genres qui défilent à Genève. La mode c’est 1000 écritures, 1000 manières de faire. C’est aussi la confirmation que les manches extra-longues qui tombent presque jusqu’au genou c’est bien la grande tendance du moment. Et aussi qu’en 10 ans, la filière mode de la HEAD désormais dirigée par Léa Peckre ne cesse de monter en puissance.

Lire: La HEAD, 
10 ans 
et toujours 
à la mode

Au final c’est Dwir Dan qui a convaincu le jury présidé par Felipe Oliveira Baptista, directeur artistique de Lacoste et composé de Jean-Marc Brunschwig, propriétaire de Bongénie Grieder, d’Isabelle Cerboneschi, journaliste mode et rédactrice en chef des Hors-séries du Temps, des designers Jose Lamali, Valentina Maggi, Julien Zigerli, et de la directrice artistique Florence Tetier, fondatrice du magazine Novembre. Recouvertes de carapaces en laine ou en fourrure, les créations du Lausannois de 25 ans redonnent à l’homme sa part d’animalité et remportent les 5000 francs remis par Bongénie.

Hommes-zèbres

 Pour désigner le ou la gagnante du prix HEAD Mercede-Benz destiné à un diplômé de Master, les choses ont été sans doute moins compliquées. Les pièces spectaculaires de Jérémie Gaillard chez qui les garçons ressemblent à des chasseurs post-nucléaire font mouche.

Les hommes-zèbres de Xénia Lucie Laffely et leurs grosses boucles d’oreilles dorées aussi. Mais il faut bien reconnaître que la collection de Vanessa Schindler surpasse celles des autres designers du concours.

Originale, risquée et pile dans les expérimentations de la mode contemporaine, la collection de la Bulloise de 28 ans utilise l’uréthane, matière nouvelle qui passe de l’état visqueux à celui de solide en prenant son temps. Ce qui permet de souder les textiles ensemble et de voir à quoi ça ressemble. Ici, la technologie bouleverse les codes de la couture. Les pièces en polymère sont incrustées de coquillages, mettent en vitrine les parties du corps, jouent sur le volume, les drapés, les transparences avec une élégance folle. Une approche qui fait penser aux créations d’Iris van Herpen, le talent néerlandais qui monte. « Votre travail nous a vraiment emmenés ailleurs », a expliqué Felipe Oliveira Baptista à la lauréate désignée à l’unanimité par le jury. « Avoir réussi à tous nous unir autour de votre collection c’est quelque chose de très rare. Je n'avais jamais vu ça. »


 

Publicité