Un jour, une idée

Tout est à vendre à la brocante de l’hôtel HO de Vercorin

De la réception à la salle à manger, en passant par le bar à vins, l’ancienne Hostellerie d’Orzival est un lieu décalé, avec chambres et bar à vins

Une dizaine de vieux gramophones entourés de 78-tours. Des vieux Chesterfield. Des piles de valises usées. Des lustres et lampadaires des années 1930. Un banc du temple de Nyon. Et même des fauteuils signés Mies van der Rohe de 1952 qui siégeaient à la réception de la RSR à Lausanne.

De la réception à la salle à manger, en passant par le bar à vins, l’ancienne Hostellerie d’Orzival de Vercorin (VS), renommée sobrement HO, fait office de brocante. Tout est à vendre. «Sans être un fourre-tout, car le mobilier choisi est sélectionné à partir d’un thème qui se renouvellera plusieurs fois par an. En ce moment, c’est la musique jazz, qu’on retrouve en fond sonore avec Louis Armstrong ou Nina Simone», explique Nicolas Reymondin, gérant de l’HO avec son épouse Solveig, et fondateur du hameau de mayens de luxe Alpes et cætera (LT. ch du 31.08.15), situé sur les hauts du village.

Reconstruction en 2018

Avec un budget hyperserré pour redonner temporairement vie à cet hôtel désuet des années 1950, puisqu’il sera reconstruit en 2018, le couple d’architectes d’intérieurs a eu l’idée d’en faire un lieu décalé, digne de la certification Swiss Lodge. L’esthétique est valorisée jusque dans l’assiette du petit-déjeuner, avec de la vaisselle ancienne en fil d’or et des carafes en argent.

Un bar à vins, qui profite de la plus ensoleillée des terrasses de la station, propose une petite carte de soupes et de tartares, ainsi que des accords fromages-vins divins. Comme un Ermitage (Marsanne) de Marie-Thérèse Chappaz ou Jean-Louis Mathieu, fruité et long en bouche, avec un fromage sec d’alpage.

Hostellerie Orzival (HO), impasse d’Orzival 10, Vercorin (VS), tél. 027 456 11 19, de 100 à 200 fr. pour deux personnes avec petit-déjeuner, www.orzival-vercorin.ch

Publicité