Un jour, une idée

Du vermouth artisanal suisse? Rouge et blanc, bien sûr!

Un jeune vigneron s’est lancé dans la production de vermouth, en plein cœur du Valais. Il propose une interprétation contemporaine de cet alcool

Alata, c’est son nom. Celui d’un petit village corse également, situé à quelques encablures d’Ajaccio, clin d’œil malicieux d’Hugo Pozzo di Borgo aux origines insulaires de ses aïeux. Mais qu’est-ce qui a bien pu pousser ce presque trentenaire, ancien de l’ECAL, à quitter l’art et le design pour le vermouth? «L’amour du travail manuel et celui du vin, tout simplement», précise-t-il.

«Cet alcool m’est apparu comme une évidence»

La trajectoire du jeune vigneron croise alors celles de plusieurs pointures du monde viticole, dont celle du très respecté Christophe Abbet, alchimiste du vin martignerain. Mais Hugo Pozzo di Borgo cherche sa voie. Car sans vigne, difficile à ses yeux de s’exprimer pleinement. Début 2017, il se lance un défi: produire son propre vermouth. «Cet alcool m’est apparu comme une évidence. J’ai tout de suite été séduit par la possibilité de jouer avec les goûts, l’amertume, et de créer des recettes en fonction des saisons et des envies.»

Défi de taille

Proposer une interprétation contemporaine d’un apéritif très populaire du début du XIXe siècle aux années 1950, voilà un défi de taille. Le jeune homme teste baies, racines, feuilles, écorces, fruits et autres plantes durant de longs mois. «Mon vermouth est préparé de façon artisanale, à base de vin du Valais, que je fortifie avec de l’alcool de raisin dans lequel j’infuse un mélange de plantes aromatiques», explique-t-il.

Le résultat? Un Alata blanc très expressif au nez comme en bouche, conjuguant habillement l’amertume des plantes à l’acidité des agrumes. Et un Alata rouge moins puissant et plus rond, avec une amertume moins marquée laissant s’exprimer de belles notes fruitées.

Des projets plein la tête

Hugo Pozzo di Borgo a encore des projets plein la tête. Elaborer ses vermouths à partir de vins qu’il produirait lui-même, proposer de nouvelles recettes de produits ou encore créer des éditions limitées. Le succès de sa démarche tend en tout cas à prouver que les goûts du public sont désormais moins formatés par le sucre, plus ouverts à l’amer, saveur noble mais trop longtemps délaissée.


www.alata.love, commandes en ligne.

Publicité