Un jour, une idée

Le vertige de la nage nocturne aux Pâquis

La descente du phare, vous connaissez? L’effectuer en maillot de bain dans l’obscurité mais à la pleine lune constitue une expérience que les fameux bains genevois souhaitent mémorable

Aux Bains des Pâquis, à Genève, la douce torpeur estivale a depuis longtemps déjà laissé la place à la morsure (relative) du froid. Toute activité humaine n’a pas pour autant disparu, loin de là. Une fois l’automne puis l’hiver venus, ce lieu tant prisé des Genevois offre un nouveau visage, plus calme et apaisé qu’en été. On y vient pour profiter de la chaleur émolliente des saunas, du bain turc et autres hammams. Ou pour pratiquer une activité beaucoup plus tonique: piquer une tête dans une eau de plus en plus… vivifiante!

La troisième édition de la Nage de nuit permet d’ajouter au plaisir de la baignade celui du spectacle nocturne de la Rade. Vous ne connaissez pas la descente du phare? Elle consiste à effectuer à la nage les quelque 130 mètres qui le séparent des vestiaires, en longeant la jetée. Au programme cette année, cinq mercredis retenus pour offrir la plus grande proximité possible avec la pleine lune. Si la météo ne vient pas gâcher la partie, le spectacle s’annonce grandiose.

De quoi se réchauffer

Impossible de vous imaginer réaliser un tel exploit? Pour Olivier Boillat, responsable du Groupe sport de l’Association des usagers des Bains des Pâquis (AUBP), l’expérience est à la portée de beaucoup. De plus, trois sauveteurs veillent à la sécurité des participants et des escaliers permettent, tous les 30 mètres environ, de sortir de l’eau si le besoin s’en fait sentir. A l’arrivée, du thé et des marrons chauds, notamment, sont prévus afin de réchauffer les courageux.

Alors, chiche? Olivier Boillat conseille de tenter une première expérience de jour, histoire de prendre ses marques. Et le bon sens prévaut pour tous: nager à plusieurs constitue un gage de sécurité, rentrer lentement dans l’eau permet au corps de s’habituer à une température qui peut flirter avec les 10°C, et s’abstenir de prendre une douche trop chaude après l’exploit évite de soumettre l’organisme à un choc thermique aussi inutile que dangereux. La roborative fondue proposée par la buvette est, quant à elle, fortement recommandée pour couronner la prouesse.


Nage de nuit, Bains des Pâquis, quai du Mont-Blanc 30, Genève, les me 21 novembre et 12 décembre 2018, ainsi que les 16 janvier, 13 février et 20 mars 2019, 18h30-20h.

Publicité