Un jour, une idée

Le Victoria, c'est «Downton Abbey» sur Montreux

L'hôtel-restaurant de Glion survole le Léman avec la majesté d’un transatlantique de la Belle Epoque. Unique

Il y a cinquante-trois ans, Toni Mittermair, jeune cuisinier globe-trotteur a débarqué au Victoria, à Glion (VD). Et il n’en est plus reparti. Aujourd’hui, il est le propriétaire et patron d’une maison incroyable, un bijou, un ovni dans le monde de l’hôtellerie en constante standardisation. Il le pilote avec son épouse Barbara (ci-dessous) et il compte bien le transmettre à leur fils, Antoine, 21 ans, qui fait actuellement ses études à l’Ecole hôtelière de Lausanne.

Attablé sur la terrasse à l’ombre des tilleuls et face à un panorama étourdissant, on comprend pourquoi les hauts de Montreux étaient le Saint-Tropez, l’Ibiza ou la Mykonos du début du XXe siècle. Le Victoria est le dernier survivant des palaces qui attiraient ici le gotha mondial.

Son livre d’or déborde de signatures prestigieuses: entre princes et barons, on trouve Georges Simenon, Nadine de Rothschild, Gérard Depardieu, Mikhaïl Gorbatchev, le danseur Serge Lifar, l’acteur Kirk Douglas, la famille royale de Belgique… Il y en a des pages et des pages. Certains clients viennent ici en famille, toutes les années, depuis cinq générations! Pendant trente ans, une dame qui se disait petite-fille du tsar de Russie y a vécu dans la suite 90, avec sa bonne.

Quatorze mille bouteilles à la cave

D’ailleurs, en parcourant salons et coursives de la vénérable maison, ses escaliers et ses vérandas, on pense aussitôt à la série Downton Abbey. Dans la vaste cuisine et l’office tout particulièrement: entre cloches argentées et saucières étincelantes, un étroit escalier de granit mène à la cave où dorment 14 000 bouteilles, dont quelques crus somptueux.

Le chef, Gilles Vincent, veille aux apprêts d’une carte qui célèbre la grande tradition: c’est au Victoria qu’on mange la meilleure bisque, un foie gras impeccable, des poissons au beurre blanc parfaits et, surtout, des viandes idéalement cuites, assorties de sauces voluptueuses, Choron, béarnaise ou périgourdine. Sans oublier l’inoubliable chariot des desserts. Une ode à l’histoire de la cuisine qui a séduit Paul Bocuse lui-même.


Hôtel Victoria, route de Caux 16, Glion (VD), tél. 021 962 82 82, lu-di 12-14h et 19-21h. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».


Une fois par semaine, cette rubrique est réalisée en collaboration avec GaultMillau Channel.

Publicité