L'adresse

Sous les voiles de l'hôtel des Grands Boulevards 

Cet hôtel parisien brouille les repères temporels en mêlant le faste décoratif de l’époque Louis XVI à l’esthétique plus pastorale de la ferme de Marie-Antoinette

Démarcation historique entre les quartiers bourgeois du centre et leurs faubourgs populaires, l’Hôtel des Grands Boulevards est situé dans un charmant immeuble bâti en pleine Révolution française (1789). La designer parisienne Dorothée Meilichzon y a décoré les cinquante chambres et le restaurant en revisitant les thèmes du faste décoratif de l’époque Louis XVI – lit à baldaquin, placards vitrés, marbre rouge – et l’idéal rural de Marie-Antoinette dans sa ferme de Versailles – lin rustique, murs enduits, mobilier en bois usé, appliques en bronze patiné.

Un hommage au goût de la dernière reine qu’elle pousse jusque dans le bar The Shell, clin d’œil aux coquillages avec lesquels elle recouvrait les murs. Le tout dans une ambiance années 1960, culture du cocktail oblige. La liste des boissons est splendide, comme ce Mauve au gin Plymouth, vermouth blanc Lusteau, kumquats, cordial de fleurs de sureau, jus de citron jaune et eau tonique. Dans ce décor à trois temps, on fait l’expérience d’une immersion historique et contemporaine de la capitale, entre le romantisme des intérieurs aristocratiques et le canaille des cours faubouriennes.

La carte, conçue en collaboration avec le chef Giovanni Passerini, figure de la nouvelle scène gastronomique parisienne, fait le tour des grands classiques de la cuisine campagnarde franco-italienne, avec de rustiques gnudi aux herbes, cerfeuil et parmesan, un risotto d’orge au cresson, panais et bleu ou un gigot d’agneau de lait, panisse, trévise, noix et salade au jus à partager.

Publicité