Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le noir est désormais au pinacle du luxe automobile.
© DR

Automobile

Les voitures ultra-noires à l'assaut du bitume 

Pour autant qu’il en soit parti, le noir revient fort dans l’automobile. En se réinventant avec davantage de technologie, des effets glacés, laqués ou carbone, voire dans la réalité virtuelle 

«Un client peut avoir une voiture de n’importe quelle couleur, pourvu qu’elle soit noire»: lorsqu’il fait cette remarque ironique en 1909, lors d’un meeting, Henry Ford a une idée précise en tête. La production de sa Ford T, la première automobile à être fabriquée à la chaîne, doit être la plus économique possible. Proposer des choix de couleurs, c’est ajouter des coûts à un modèle qui doit être accessible au plus grand nombre. La Ford T sera noire, point barre.

Lire aussi:  La voiture autonome débarque, pour le meilleur et pour le pire

Par goût, calcul, volonté de discrétion ou de ne pas faire de choix, cette couleur qui n’en est pas une a toujours été dominante dans l’industrie automobile. Jusqu’en 2015, elle était la plus plébiscitée par les acheteurs de voitures neuves en Suisse, même si elle a, depuis lors, été détrônée par le blanc. Elle reste la plus recherchée sur les sites de vente d’occasion. Ce qui souligne un avantage économique: le noir assure une meilleure valeur de revente.

Touche d’invention

Cela dit, la couleur sans lumière a changé de statut automobile. Elle s’est faite métallique, mate, irisée, laquée, carbone ou mariée avec d’autres teintes sur des carrosseries sportives. Au dernier Salon de Genève, en mars dernier, elle était l’apanage des séries spéciales. Aussi bien pour des modèles de grande production (HR-V Black Edition de Honda) que des bêtes sportives (GT 66 Heritage Edition de Ford, toujours lui, un siècle plus tard).

Dans le salon genevois, la teinte semblait la plus inventive, technologique, surprenante. BMW tentait un «Protonic Frozen Black» sur une série exclusive de sa i8 électrique, un noir glacé de grande classe. L’extérieur du coupé sportif conjuguait des traitements mats, brillants et grisés. La robe faisait écho à la structure en fibre de carbone renforcée de la i8, une matière composite que le constructeur bavarois entend maintenant utiliser sur ses autres modèles, y compris les deux roues. Combien d’automobiles ponctuent aujourd’hui leurs habitacles de petites touches de carbone, même en imitation plastique, pour souligner leur expertise dans les matériaux de pointe?

Lire également:  Tous les grands constructeurs visent, à terme, la voiture autonome

Black star

Le noir va aussi comme un gant au monde numérique, amateur de surfaces non réfléchissantes pour mieux jouer avec la réalité augmentée. L’artiste multimédia Cao Fei a été choisie pour créer la 18e Art Car de BMW. Depuis 1975, la marque demande à des plasticiens de peindre l’une de ses voitures, de préférence sportive ou de course. Alexander Calder a été le premier invité, suivi par Roy Lichtenstein, Andy Warhol, David Hockney ou Jeff Koons.

L’artiste chinoise a conçu une œuvre mi-réelle, mi-virtuelle. La carrosserie de sa BMW M6 GT3 est en fibre de carbone. Grâce à une application dédiée, une fois la tablette orientée vers la voiture, celle-ci apparaît sur l’écran comme l’étoile noire d’un ballet de volutes lumineuses, rapides et colorées. En juin dernier, l’Art Car de Cao Fei trônait dans une galerie de Pékin. Mais on pouvait la découvrir en temps réel à Art Basel, via un casque de réalité virtuelle. 

Plus noir que noir

Le noir est désormais au pinacle du luxe automobile, pour les happy few du type ténébreux. En 2016, pour attirer une clientèle plus jeune, Rolls-Royce a lancé une série exclusive baptisée Black Badge. Le succès a tout de suite été au rendez-vous. Les modèles Wraith, Ghost et Dawn proposent aujourd’hui des livrées couleur nuit sans lune, assez magnétiques. Tout y est du plus beau noir, à l’extérieur comme à l’intérieur, de la sellerie à la mascotte ailée Spirit of Ecstasy qui trône sur le radiateur.

La peinture noire est posée couche après couche, en alternance avec de la laque, puis longuement polie à la main. Selon Rolls-Royce, dont la modestie ne figure pas au rayon de ses accessoires, il s’agit de la teinte noire la plus profonde, la plus sombre, la plus intense à avoir jamais couvert une automobile. Rolls-Royce utilise même la technique PVD (dépôt en phase vapeur) pour peindre l’intérieur des aérations dans l’habitacle. Ou tresse des fils d’aluminium qualité aviation avec des fibres de carbone pour revêtir des sections du même habitacle. Dans ce cas, la pièce est couverte de six couches de laque, cuite pendant 72 heures, puis polie à la main. Chez Rolls-Royce, on l’aura compris, le noir est plus noir qu’ailleurs.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a