Un jour, une idée

Worn, la maroquinerie genevoise minimaliste

Le duo féminin derrière cette marque propose des sacs produits en petite série et faits main

L’univers de Worn séduit par son minimalisme. La marque de maroquinerie a été lancée en 2015 avec une collection très remarquée, qui inventait alors de nouveaux jeux autour des franges. Ces premières créations de sacs avaient d’ailleurs voyagé jusqu’à Milan pour figurer dans une exposition de créateurs triés sur le volet par Vogue Talents. En juin 2018, Worn a également figuré parmi les finalistes du prestigieux Prix Andam. Celui-ci récompense de jeunes stylistes qui ont déjà plusieurs collections dans leur escarcelle.

La marque genevoise avance donc avec brio, menée par Magdalena Brozda et Pauline Famy. Après avoir obtenu leurs diplômes à la Haute école d’art et de design de Genève, les deux designers se sont formées auprès des maisons de renom telles que Hermès, Chalayan et AF Vandervorst.

Lire aussi: Magdalena Brozda, la petite sorcière genevoise qui a jeté un sort au monde de la mode

Pourtant, dans l’esprit des créatrices, l’humilité va de pair avec la rigueur, comme le résume Magdalena Brozda: «On a choisi le mot Worn (déjà porté) pour souligner notre postulat de base. Nous n’avons pas la prétention de créer des choses nouvelles mais de respecter la valeur de l’artisanat, à l’opposé de la frénésie de l’ego et de la surproduction qui peut caractériser le monde de la mode. Nous nous inspirons des objets du quotidien, des sacs en plastique aux coussins, pour leur donner une deuxième vie, dans un genre plus contemporain. Les finitions jouent un rôle capital dans la qualité de nos créations.»

Actuellement, Worn décline une ligne signature caractérisée par des grands volumes et des pièces sur mesure parallèlement à une série de prêt-à-porter disponible via leur site web. Les deux créatrices sont plongées dans de nouvelles expérimentations afin de proposer, dès cet automne, des pièces d’upcycling utilisant peu ou pas de cuir. Pour laisser libre cours à leur imagination, elles préfèrent parler de «contenants» et non pas de «sacs» afin de se laisser la possibilité de créer des objets surprenants entre art et design.


Worn, Genève. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité