Un jour, une idée

Il y a des merveilles parmi les vins «nature»

Passionné de ces produits, un jeune entrepreneur a lancé un site qui offre une sélection des meilleures productions

Vos convives pourraient vous regarder avec de grands yeux si vous secouiez une bouteille de rouge pour réduire sa pétillance avant de la servir. N’empêche: les discussions entre passionnés de vins naturels et amateurs plus conventionnels savent parfois s’enflammer, et il est certain qu’une petite révolution dans l’œnologie est en marche. Même si, selon le fondateur du site In Vino Sitis, Shigeru Takahashi, ces nouvelles manières de produire resteront tout de même pour un marché de niche.

Les pour et les contre, radicaux

«Il y a ceux qui ne se tourneront jamais vers ce type de vins, alors qu’il y a des gens comme moi qui en consomment depuis longtemps et qui ne veulent plus s’en passer. C’est avant tout les levures qui me déplaisent dans les productions habituelles, plus encore que la présence de sulfites accusés de produire plus facilement des maux de tête. Elles sont largement utilisées pour modifier chimiquement le goût et pour y apporter entre autres des notes sucrées de fraise ou de banane.»

La philosophie des vins dits «nature» vise à retrouver l’expression du terroir à travers un produit biologique qui exalte le caractère vivant du produit. Lorsque ce jeune entrepreneur helvéto-japonais parle des breuvages qu’il représente, le cépage et la terre ne sont évidemment pas les seuls éléments qui vont caractériser le produit final, la personnalité du producteur s’y imprime fortement.

En écoutant Shigeru Takahashi parler de ses viticulteurs, on s’imagine facilement des personnages de dessins animés, des puristes un peu fous, têtus et originaux dans leur démarche. Parmi les étiquettes qu’il distribue, on retrouve la star Hans Peter Smith de la cave valaisanne Mythopia, mais aussi Radikon, une référence pour les vins oranges. Ses autres exclusivités proviennent par exemple de l’île du Giglio pour Altura, de Bourgogne avec Emmanuel Giboulot, mais aussi de République tchèque avec Milan Nestarec.

«Les Lammidia dans les Abruzzes sont très connus en Italie mais peu ici en Suisse. Le jargon veut qu’on qualifie ces vins de sportifs. Ils sont troubles, non filtrés, ils ne sont pas sophistiqués mais ont un côté funky qui plaît.» La palette des possibles s’ouvre dans cette jeune branche qui travaille dur pour retrouver un certain goût de la simplicité.


In Vino Sitis, via Leoni 11, Breganzona (TI), tél. 079 606 40 05. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité