De belles pièces de viande, dont une côte de bœuf de 800 grammes et une escalope de veau panée «oreille d’éléphant». Un grand choix pour l’apéritif (foie gras, terrines, saumon, caviar). Une boîte italienne avec papardelle, paccheri, fusilli, sauce pesto, sauce tartufo et sauce salsiccia, deux pots de parmesan et un pot de provola fumée. Des plats mijotés: osso buco, blanquette de veau, joues de porc braisées ou coq au vin. Quelques fromages et desserts.

Lancé par un restaurateur genevois, «Y’a plus qu’à» est un nouveau service de livraison axé sur un grand choix de mets concoctés par des cuisiniers qui ont fait leurs armes dans des restaurants connus de la ville, le Sesflo, Comme un bouchon ou l’Escapade.

«Tous les aliments sont pour la plupart locaux, de grande qualité et à des prix moins élevés que ceux de la restauration. Il suffit de les réchauffer au bain-marie et de les dresser, ce qui permet un gain de temps tout en assurant un beau rendu et en évitant le risque de salades flétries et d’aliments tiédis par le temps de livraison», explique Pamela Redaelli, directrice de l’agence PR & CO, chargée de la communication.

Conditionnés sous vide, ces mets en portions généreuses peuvent se conserver plusieurs jours au frais. «C’est une façon de diminuer le gaspillage alimentaire, ainsi que les dépenses des consommateurs: le client ne reçoit en effet que ce dont il a besoin, évitant que le surplus finisse à la poubelle», précise Pamela Redaelli.

Autre option, pour ceux qui ont le temps de cuisiner mais pas de faire les courses, «Y’a plus qu’à» propose une dizaine de plateaux comprenant tous les ingrédients d’une recette qu’il suffira de préparer selon ses goûts. Au choix: burger texan ou ibérique, côte de bœuf, raclette et fondue au fromage, bourguignonne, chinoise classique ou Beijing. Mais aussi une plancha de poisson ou de viande qui contient un mix à griller, des pommes de terre sautées et cinq sauces.


Y’a plus qu’à, livraison à Genève et alentours, lu-di 11-21h.
Retrouvez tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».