Quel beau prénom, Chance! Pourtant, l'héroïne de Laure-Isabelle Blanchet devra très tôt lutter contre l'adversité. Avec l'éloignement, pour commencer, car la fillette habite en dehors du village, loin des enfants de son âge. Et lorsque sa mère tombe malade, elle part seule en quête d'un remède dans la forêt profonde. Là-bas, Chance découvre un monde insoupçonné: un loup qui fut jadis un homme, une chouette blessée, un serpent ailé… Des êtres fantastiques qui vont devenir de véritables alliés en permettant à la fillette de transcender ses peurs. Inspirée des contes traditionnels suisses, la fable de la Genevoise fait revivre un paradis perdu qui donne une profondeur singulière à la quête de l'héroïne. La technique des papiers découpés, que Johann Jakob Hauswirth a maîtrisée à merveille, nourrit l'esthétique du spectacle. Et les marionnettes en 2D et en 3D de Pierre Monnerat donnent vie à ce parcours initiatique en forme de «jeu de rôle médiéval». Dès 4 ans.