Considérée comme le chef de file de la nouvelle génération de designers danois, Louise Campbell a engagé le très jeune et prometteur Thomas Bentzen à devenir son associé dans le studio qu'elle a fondé. Avec un troisième associé, Teddy Rehder, ils travaillent pour les plus prestigieux éditeurs danois et internationaux, Louis Poulsen, Royal Copenhagen, Holmegaard, Hay, Muuto, Stelton ou Zanotta. «Son travail est à la fois très moderne et décoratif, toujours non conventionnel», constate Christian Holmsted Olesen, conservateur du Danish Museum of Art and Design de Copenhague, qui a fait entrer l'une de ses pièces dans les collections permanentes du musée. Quant à Louise Campbell, elle attribue son succès à un «mélange de rationalisme danois et de féminité».

Elle a développé un véritable style, à l'image de ses fauteuils ronds comme des corolles de fleurs finement ciselés au laser - The Very Round Chair (Zanotta), The Prince Chair (Hay). «The Very Round Chair est très scandinave: il est fait d'un seul et même matériau, il est léger et simple. Mais ce qui le rend moderne, c'est son côté conceptuel: on dirait une sculpture», remarque Thomas Bentzen. Les éditeurs pour lesquels travaillent ces deux designers ont le sens du travail bien fait plus que de la course à la nouveauté: «Ils veulent un service de porcelaine d'ici à cinq ans, un luminaire quand il est prêt», remarque Louise Campbell. «C'est d'ailleurs la grande différence entre le design danois et le design suédois. Nous partons des mêmes principes, mais ils sont beaucoup plus rapides dans la réalisation», remarque Thomas Bentzen. Du côté des fabricants, l'exigence de qualité est restée intacte, mais les paramètres ont évolué: «Le design danois doit changer, parce que les habitudes changent. Il n'y a plus de règles dans la décoration, mais au contraire un plus grand besoin de flexibilité», raconte Thomas Bentzen. D'où leur interprétation très réussie d'un service en porcelaine pour la très respectable manufacture Royal Copenhagen: «Il fallait que les codes de la maison soient tout de suite reconnaissables, mais avec notre vision contemporaine. Nous avons décalé les traditions: la proportion des motifs fleuris, les couleurs, la taille des bols et des assiettes», expliquent Louise Campbell et Thomas Bentzen. «C'est intéressant, parce que les éditeurs historiques s'intéressent au travail des jeunes designers, mais de nouveaux fabricants voient également le jour, comme Hay, Mater ou Muuto. Ils restent très danois dans leur façon de penser, mais ils sont prêts à prendre plus de risques, parce qu'ils n'ont pas de classiques sur lesquels se reposer», avance Thomas Bentzen.

http://www.louisecampbell.com