La tempête financière devient obsédante, mais les PME romandes gardent le moral. Interrogés par Le Temps, plusieurs patrons annoncent que leurs carnets de commandes pour l'année prochaine sont pleins comme jamais. Les demandes supplémentaires se bousculent, et non pas les annulations ou les reports, observent des chefs d'entreprise.

Des patrons s'expriment avec une petite pointe de gêne, tant le pessimisme ambiant incite à douter. Nicola Thibaudeau, de MPS Micro Precision Systems, note par exemple: «On ne va pas faire semblant. Nous n'avons que des demandes supplémentaires.»

L'autre annonce morbide des analystes - l'étranglement programmé des entreprises par un accès péjoré aux crédits - ne se concrétise pas vraiment. Beaucoup de PME romandes disposent d'une trésorerie confortable. Cet argent permet de ne pas reporter des investissements importants pour l'avenir.

Le décalage entre un secteur financier qui broie du noir et l'économie réelle semble donc bien aigu. Les témoignages optimistes entendus dans l'industrie et la construction relativisent un peu les prévisions d'un retour de l'économie suisse à la récession. Même si, partout, la prudence domine.