A la fois dame de la haute société et artiste de la bohème, peintre et sculptrice classique ouverte aux recherches du réalisme et aux élans du romantisme, femme de lettres aussi, Marcello est une figure suisse importante, pourtant peu exposée et diffusée. Le Musée d'art et d'histoire de Fribourg rappelle le parcours haut en couleur de cette duchesse devenue créatrice.

Aristocrate fribourgeoise, Adèle d'Affry (1836-1879) accède par mariage à la noblesse romaine. Une fois veuve, elle se tourne vers la peinture et surtout la sculpture, sous le pseudonyme de Marcello. La tuberculose mettra fin à une carrière d'ores et déjà fructueuse, entre Rome et Paris. L'exposition évoque les thèmes de prédilection - la femme, l'Orient, la mythologie et la musique - et établit un dialogue entre Marcello et ses amis artistes, dont Courbet, Delacroix, Berthe Morisot.

Les visiteurs pourront admirer des pièces magnifiques, comme ce buste de marbre exactement réduit à un buste - du cou à la naissance des seins - ou le beau Portrait de Berthe Morisot en presque Gitane. Marcello maîtrisait les teintes denses, brillantes et chatoyantes. Elle savait évoquer les matières, exprimer les caractères. Une artiste accomplie qui mérite de sortir de l'oubli.