L’attribution des concessions dans l’Arc jurassien n’a pas généré de surprise. Elle répond à la fois – et même s’il y a quelques paradoxes dans le raisonnement – aux critères de qualité des programmes, de diversité et de continuité pour les diffuseurs en place. TV neuchâteloise depuis plus de vingt ans, Canal Alpha, basée à Cortaillod, remporte la concession télévisuelle, au détriment du projet ARC TV de Pierre Steulet et Sylvio Bernasconi. Canal Alpha devra étendre ses programmes au Jura et au Jura bernois. Ce choix est avant tout politique. Le projet concurrent de Pierre Steulet était au moins aussi bon dans l’analyse technique. Mais la Confédération n’a pas voulu lui confier la TV et toutes les radios de l’Arc jurassien.

En guise de lot de consolation, Pierre Steulet sera la voix de la région. Il avait décroché, sans opposition, la principale concession pour ses radios RFJ à Delémont, RJB à Tavannes et RTN à Neuchâtel. Il reçoit par ailleurs la concession B pour son «deuxième programme» Arc fm qui sera davantage ciblé sur les jeunes. Le projet alternatif Première Lune, association de dernière heure de deux radios diffusées sur le câble et internet basées à Neuchâtel et Asuel, n’a pas fait le poids lors de l’examen technique. Pierre Steulet estimait décisif le fait de confier à un unique diffuseur des concessions radios, pour des raisons économiques, le gâteau publicitaire de la région apparaissant insuffisant pour «nourrir» deux radios.

La répartition des concessions TV et radio respecte une distribution géopolitique conforme aux forces internes de l’Arc jurassien. La TV avec assise à Neuchâtel, la radio ayant ses racines à Delémont. Divergentes dans leurs soutiens (le gouvernement neuchâtelois appuyait Canal Alpha, alors que les exécutifs bernois et jurassiens s’étaient alignés derrière Pierre Steulet), les autorités politiques des cantons de l’Arc jurassien devraient trouver de quoi se satisfaire du marchandage fédéral. Finalement, un compromis très helvétique.