Un total de 1193 véhicules ont été incendiés en France pendant la nuit de la Saint-Sylvestre, dont 344 par propagation, a annoncé mardi le ministre français de l’Intérieur, relevant qu’il n’y avait pas d’«évolution notable» de ce chiffre par rapport aux dernières années.

«Il n’y a pas d’évolution notable concernant ces incendies volontaires de voitures et de deux-roues ces dernières années», a déclaré le ministre, qui a cité les départements comptant plus de 40 incendies avec, en tête, la Seine-Saint-Denis (près de Paris) avec 83 véhicules incendiés, devant deux départements de l’est, le Haut-Rhin (72) et le Bas-Rhin, (70), puis le département du Nord (61) et celui des Bouches-du-Rhône, dans le sud-est (51).

Le ministre a rappelé que les «derniers chiffres publiés sont ceux du 31 décembre 2009», lorsque 1147 véhicules avaient brûlé, selon un bilan officiel de l’époque.

Manuel Valls avait annoncé jeudi dernier qu’il communiquerait le nombre de véhicules incendiés à la Saint-Sylvestre, une pratique abandonnée depuis 2010 par ses prédécesseurs de droite qui disaient vouloir ainsi éviter la surenchère.

Toujours pour cette nuit de la Saint-Sylvestre, Manuel Valls a annoncé une «activité judiciaire en hausse par rapport à l’année dernière», avec un total de «339 interpellations contre 290, et 244 gardes à vue contre 181 en 2011».

Sur l’ensemble du pays, a-t-il dit, «il n’y a pas eu d’affrontements au cours de cette nuit, sauf dans le quartier de Strasbourg Neuhof, et dans la ville de Mulhouse», tous deux dans l’est.

Trois policiers et quatre gendarmes ont été légèrement blessés.