Les autorités ont ramené le précédent bilan de 14 à 13 morts, précisant des 44 personnes avaient été blessées, dont une trentaine hospitalisées, lorsque leur autocar a heurté de plein fouet une voiture après une embardée sur l'autoroute.

Les 56 étudiants à bord du bus étaient inscrits dans des universités de Catalogne dans le cadre du programme d'échanges européen Erasmus, a annoncé le directeur du département de l'Intérieur de la région de Catalogne, Jordi Jané lors d'une conférence de presse télévisée. 

13 étudiantes décédées

L'identité des victimes n'a pas encore été confirmée mais toutes étaient des femmes, selon une source du gouvernement régional.

Les 56 passagers étaient de 19 nationalités différentes. Les autorités ont affirmé avoir pris contact avec les représentations diplomatiques d'Allemagne, de Bulgarie, de France, de Finlande, de Hongrie, d'Italie, d'Irlande, du Japon, de Norvège, des Pays-Bas, de Palestine, du Pérou, de Pologne, de République tchèque, du Royaume-Uni, de Suède, de Suisse, de Nouvelle-Zélande et d'Ukraine.

L'accident s'est produit peu avant 06H00 locales (05H00 GMT) à Freginals, une localité proche de la ville d'Amposta, à environ 150 kilomètres au sud de Barcelone, quand l'autocar revenait des fêtes traditionnelles des Fallas, à Valence, sur la côte méditerranéenne. 

Les étudiants sont inscrits à l'université de Barcelone, dans le cadre du programme d'échanges européen Erasmus, a annoncé le directeur du département de l'Intérieur de la région de Catalogne, Jordi Jane.

Le conducteur «a heurté le garde-fou sur la droite et a donné un coup de volant à gauche si violent que le car s'est retrouvé sur l'autre voie de l'autoroute, a expliqué Jordi Jane. Il a ensuite percuté un véhicule qui venait en sens inverse et dont les deux occupants ont été blessés».

C'est un des accidents de la route les plus meurtriers en Espagne ces dernières années. Le 9 novembre 2014, un autocar transportant des pèlerins était tombé dans un ravin dans le sud-est du pays, faisant 14 morts et 41 blessés.

Le président de la région de Catalogne, l'indépendantiste Carles Puigdemont, a reporté une visite à Paris prévue dimanche pour se rendre sur les lieux de la catastrophe. 

Huit camions de pompiers, trois corbillards et une grue se trouvaient sur place encore plusieurs heures après la catastrophe, a constaté un photographe de l'AFP.