L’attentat suicide, apparemment commis par un kamikaze, est survenu au moment où des dirigeants politiques de l’île assistaient à une réception dans la ville d’Akuressa, à 160 kilomètres au sud de la capitale, Colombo.

Quinze personnes sont mortes et au moins vingt autres ont été blessées, parmi lesquelles le ministre des Postes et des Télécommunications, Mahinda Wijesekera, et son collègue de la Culture, Mahinda Yapa Abeywardena, a précisé la police. M. Wijesekera a été transporté vers une unité de soins intensifs de l’hôpital le plus proche.

Le Sri Lanka est un pays en guerre qui compte une grande majorité de Cinghalais, en général bouddhistes, et une minorité tamoule, hindouiste, mais qui comprend aussi des musulmans.

Les attentats, surtout suicide, sont fréquents et sont habituellement imputés aux rebelles séparatistes des Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE). Ceux-ci se battent contre l’armée gouvernementale dans le nord-est du pays, où ils sont acculés sur une bande de terre de 50 km2.