Quelque 197 migrants sont morts mardi par noyade en mer Rouge, après qu’un incendie s’est déclaré sur le bateau qui les transportait du Soudan vers l’Arabie saoudite, a confirmé un porte-parole de la police à l’AFP, suite à une information de l’agence de presse SMC. Cette dernière ajoute avoir eu connaissance de trois survivants. Les recherches se poursuivent.

Selon les autorités, le navire avait appareillé de Tokar, à 150 km au sud de Port-Soudan, près de l’Erythrée, et quatre Yéménites, qui seraient les propriétaires du bateau, ont été arrêtés.

Avec 875 km de côtes et une frontière avec l’Erythrée, l’Ethiopie, le Tchad et l’Egypte, le Soudan est un pays de transit pour de nombreux migrants africains qui cherchent à atteindre la péninsule Arabique par bateau ou Israël par voie de terre. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) estime à plus de 100 000 le nombre de réfugiés érythréens dans le nord du Soudan, la majorité vivant près de la frontière avec son voisin de l’est.

La violence en Somalie, frappée en outre par une grave sécheresse, a contraint plus de 135 000 habitants à fuir leur pays depuis le début de l’année, dont 54 000 pour le seul mois de juin, selon l’UNHCR.

L’agence de l’ONU a indiqué la semaine dernière que dix millions de personnes dans la Corne de l’Afrique étaient frappées par la plus grave sécheresse des 60 dernières années, certaines régions étant au bord de la famine avec des milliers de personnes se déplaçant en quête de nourriture et d’eau.