Le 20 décembre 1999, Macao repassait dans le giron chinois après quatre siècles et demi sous juridiction portugaise. Vingt ans plus tard, le président Xi Jinping est venu louer les progrès du territoire semi-autonome «patriote», devenu capitale asiatique des casinos, et presque plus chinois que la Chine. «La mère patrie et le gouvernement central sont fiers de vous», Macao a «pleinement et avec beaucoup de fidélité» mis en œuvre la gouvernance souhaitée par Pékin, a félicité le dirigeant chinois au premier jour de sa visite de trois jours, sous haute surveillance, pour les célébrations de la rétrocession.

Lire aussi: Macao désigne un chef pro-Pékin, loin de la révolte hongkongaise