Football

Pétition de l’UMP en faveur de l’arbitrage vidéo

Le parti de Nicolas Sarkozy a lancé lundi une pétition sur internet pour réclamer l’arbitrage vidéo dans les matches internationaux de football, comme cela existe déjà pour le rugby. Cette démarche a été annoncée par le porte-parole du parti présidentiel lors de son point presse hebdomadaire

La France, piteusement éliminée du Mondial en Afrique du Sud, n’est plus concernée dans l’immédiat. Deux matches phares des huitièmes de finale ont en revanche été marqués dimanche par de grossières erreurs d’arbitrage – ceux qui ont vu l’Allemagne battre l’Angleterre et l’Argentine se qualifier pour les quarts de finale au détriment du Mexique.

Des injustices «insupportables»

L’introduction de la vidéo dans l’arbitrage «devient une véritable urgence», a déclaré Frédéric Lefebvre. «Je souhaite que les autorités du football en France, en Europe et dans le monde en viennent maintenant à l’évidence: la vidéo doit s’imposer dans le football.»

«C’est un enjeu, me semble-t-il, important. C’est un combat que je mène. Je ne suis pas le seul», a-t-il ajouté. «Je souhaite que les autorités du football ne restent ni sourdes ni aveugles […] parce qu’il y a une attente très forte.»

«Assister à de l’injustice en direct et voir que cette injustice n’est jamais réparée c’est simplement insupportable», a fait valoir le porte-parole de l’UMP. Frédéric Lefebvre a précisé que l’UMP lançait sa pétition sur internet dès ce lundi et qu’elle serait transmise aux autorités compétentes du football.

Faire diversion?

Cette initiative intervient en pleine polémique sur la gestion de la fortune de Liliane Bettencourt, héritière de L’Oréal, et les soupçons de conflit d’intérêt mettant en cause le ministre du Travail et trésorier de l’UMP Eric Woerth, ex-ministre du Budget. Frédéric Lefebvre a cependant rejeté toute idée de diversion.

«Pourquoi est-ce que le football serait de la diversion?», a-t-il dit. «Quand il y a des sujets qui se posent, qui intéressent les gens, qui intéressent les Français, il est normal qu’on prenne des positions.» «Je suis un homme politique et les hommes politiques s’occupent des problèmes qui concernent les Français et les citoyens», a-t-il ajouté.

Publicité