Etats-Unis

Vainqueur, Donald Trump dit vouloir «travailler dur pour unifier le pays»

L’élection du milliardaire new-yorkais à la tête des Etats-Unis a été confirmée par les grands électeurs lundi soir. Seuls deux ont décidé de ne plus lui accorder leur voix

Le président élu a été réélu. L’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis a été confirmée lundi soir par le collège électoral composé de 538 grands électeurs. Le milliardaire new-yorkais succédera bien à Barack Obama le 20 janvier, malgré la fronde organisée par des contestataires dans un dernier espoir de lui faire barrage.

Lire aussi: Comment fonctionne le collège électoral aux Etats-Unis?

Le 8 novembre, Donald Trump avait obtenu les voix de 306 grands électeurs, contre 232 pour son adversaire Hillary Clinton, qui a toutefois remporté le vote populaire avec plus de deux millions de voix d’avance. Le chiffre à atteindre étant 270 pour assurer son élection, il aurait fallu que 37 grands électeurs républicains s’abstiennent, votent blanc ou changent d’avis pour que le résultat soit différent ce lundi, ce qui paraissait totalement improbable.

Ce sont précisément 304 grands électeurs qui ont voté hier en faveur de Donald Trump contre 224 pour Hillary Clinton, qui devrait encore remporter les 4 grands électeurs de Hawaï. Seuls deux grands électeurs républicains ont changé d’avis. Ils sont tous les deux Texans, dont Chris Suprun qui avait publiquement annoncé qu’il ne voterait pas pour Donald Trump. Contre toute attente, les défections ont été plus nombreuses dans le camp démocrate.

Lire aussi: Pourquoi les grands électeurs vont confirmer l’élection de Donald Trump

Depuis sa résidence de Mar-a-Lago en Floride, Donald Trump a réagi via un communiqué, pour saluer cette «victoire électorale écrasante et historique». «Les votes du collège électoral ont dépassé les 270 voix nécessaires pour confirmer la présidence, avec une très grande marge, bien plus importante qu’anticipée par les médias», écrit-il. Avant de finir en soulignant: «Je vais travailler dur pour unifier notre pays et être le président de tous les Américains.» Un tweet a suivi quelques minutes plus tard, dans lequel il s’en prend aux médias.

Un contexte de tensions

L’ancien président Bill Clinton, grand électeur de l’Etat de New York, a logiquement confirmé son vote en faveur de son épouse. Mais il s’est montré très ému face aux caméras qui le suivaient de près. «Je n’ai jamais déposé un bulletin de vote dont j’ai été plus fier», a-t-il déclaré, les larmes aux yeux.

Habituellement, la confirmation de l’élection du président des Etats-Unis par les grands électeurs ne suscite que très peu d’intérêt. C’est différent dans la configuration actuelle, en raison de la division qu’a provoquée l’élection de Donald Trump. Elle s’est déroulée, après une violente campagne, dans un contexte particulièrement tendu en raison des piratages informatiques orchestrés par Moscou.

Lire aussi: L’escalade entre Moscou et Washington monte d’un cran

La récente «pression» exercée sur des grands électeurs pour qu’ils changent d’avis – même des stars ont participé à une petite vidéo – a rajouté une couche de tension. «Si mes nombreux soutiens se comportaient et menaçaient les gens comme le font ceux qui ont perdu l’élection, ils seraient méprisés et traités de tous les noms!» a tweeté Donald Trump.

Il n’y a eu que neuf grands électeurs «sans foi» («faithless»), comme on les appelle, depuis la Deuxième Guerre mondiale. Et, précise CNN, c’est la première fois depuis 1872 qu’il y en a davantage qu’un seul lors d’une élection présidentielle.

Publicité