États-Unis

Tuerie de Charleston: peine de mort requise pour Dylan Roof

Dylann Roof a tué neuf personnes dans une église de Caroline du Sud en 2015. L’homme de 22 ans n'a exprimé aucun regret: «J'ai estimé que je devais le faire, et j'estime toujours qu'il fallait que je le fasse»

L’Américain Dylann Roof a été condamné mardi à la peine de mort pour avoir tué neuf paroissiens noirs d’une église de Caroline du Sud en 2015. Lors de son procès, il n’a exprimé ni regrets ni excuses.

Le jeune homme de 22 ans, qui a assuré lui-même sa défense, a écouté l’énoncé du verdict sans trahir d’émotion. Il n’a pas cillé, se contentant de regarder devant lui, a rapporté la presse américaine.

Lire aussi: Tuerie de Charleston: Dylann Roof n’a aucun regret

Les douze jurés d’un tribunal de Charleston sont tombés d’accord à l’unanimité sur les facteurs aggravants concernant ses homicides, notamment la préméditation et l’absence de remords. Ils n’ont trouvé aucune circonstance atténuante à l’accusé après trois heures de délibérations. Si un seul membre du jury s’était opposé à la peine de mort, il aurait été condamné à la réclusion à perpétuité.

Une détermination glaçante

Convaincu d’une suprématie des Blancs sur les autres races qu’il considère inférieures, Dylan Roof n’aura jamais cherché à atténuer ses crimes, poussant la provocation jusqu’à porter lors de récentes audiences des chaussures affichant des symboles racistes. Sur des photos devenues des pièces à conviction, on le voit aussi porter une cagoule du Ku Klux Klan ou brûler le drapeau américain.

La fusillade qu’il a perpétrée avait d’autant plus marqué l’opinion publique américaine et internationale qu’elle avait ensanglanté le 17 juin 2015 une église, et pas n’importe laquelle: un lieu symbolique de la lutte des Afro-Américains contre l’esclavage. L’Emanuel African Methodist Episcopal Church rassemble la plus ancienne communauté noire de Charleston, ville historique de l’époque des plantations située dans le sud-est des Etats-Unis.

La détermination glaçante de Dylann Roof avait ajouté à l’effroi. Paraissant à peine sorti de l’adolescence, ce solitaire d’apparence frêle avait tranquillement prétendu participer à une séance d’étude de la Bible, avant d’ouvrir le feu sur les fidèles réunis.

Lire aussi: La communauté noire frappée en son cœur

«Je dois le faire. Vous violez nos femmes et vous vous emparez de notre pays», avait-il prononcé en rechargeant son calibre 45. Il avait criblé de balles ses victimes, tirant au total 77 fois. Mardi, il a une dernière fois justifié par ses convictions personnelles cet acte xénophobe, dans la plaidoirie finale de son procès.

«J’ai estimé que je devais le faire, et j’estime toujours qu’il fallait que je le fasse», a-t-il déclaré, peu après que le procureur eut requis la peine capitale à son encontre.

Il devra être jugé par un tribunal fédéral pour assassinat

L’accusation a exploité pour consolider ses réquisitions un texte rédigé par le tueur, saisi dans sa cellule. «Je n’ai pas versé une larme pour les innocents que j’ai tués», a écrit Dylann Roof.

Au final, son avocat, David Bruck, s’est retrouvé chargé d’une mission quasi impossible, mis sur la touche par son client, qui a refusé d’envisager souffrir de problèmes mentaux. «Il n’y a rien qui cloche chez moi sur le plan psychologique», a-t-il lancé à la cour, désavouant David Bruck qui aurait aimé le dépeindre comme «prisonnier de ses délires».

«Le verdict rendu aujourd’hui signifie que cette affaire est loin d’être terminée», ont pourtant affirmé ses avocats après l’énoncé. Dylann Roof doit maintenant être jugé par un tribunal fédéral pour assassinat, une autre procédure dans laquelle le Ministère public demandera là aussi une condamnation à la peine capitale.

Son nom rejoint celui d’autres criminels d’exception, dont les actes particulièrement choquants leur ont valu de recevoir une peine capitale fédérale, sentence qui reste rare étant donné que les meurtriers sont généralement jugés en Amérique par les Etats. On peut citer l’auteur des attentats de Boston en 2013, Djokhar Tsarnaev, ou Timothy McVeigh, qui a été exécuté après avoir fait exploser un camion piégé à Oklahoma City en 1995, tuant 168 personnes.

Lire aussi: Charleston: Barack Obama prononce et chante une inouïe oraison funèbre

Publicité