Espagne

L’ancien directeur du FMI Rodrigo Rato condamné à quatre ans de prison

L’ancien ministre espagnol de l’Economie a été condamné jeudi pour détournement de fonds au sein des banques espagnoles qu’il présida de 2010 à 2012

L’affaire avait choqué l’Espagne. Rodrigo Rato, ex-patron du Fonds monétaire international, a été condamné jeudi à Madrid à 4 ans et demi de prison, pour détournement de fonds au sein des banques espagnoles qu’il présida de 2010 à 2012.

Rodrigo Rato a été condamné à l’issue du procès de l’affaire des «cartes Black», où étaient jugés 65 anciens dirigeants et membres des conseils d’administration de Caja Madrid puis du conglomérat Bankia, né en 2011 de la fusion de sept caisses d’épargne.

Pleins d’essence, voyages et soirées

Ils étaient accusés d’avoir détourné au total plus de 12 millions d’euros entre 2003 et 2012, en utilisant à leur guise ces cartes bancaires «occultes» pour régler des dépenses strictement personnelles, sans contrôle ni déclarations au fisc. Les frais acquittés mêlaient pleins d’essence, courses au supermarché, coûteux voyages, achat de sacs de luxe ou soirées en discothèque…

L’affaire avait fait scandale dans l’Espagne en crise, d’autant que ces malversations s’étaient poursuivies alors que les difficultés s’accumulaient pour Bankia, sauvée de justesse de la faillite en 2012, quand l’Etat avait dû lui injecter plus de 22 milliards d’euros de fonds publics.

Rodrigo Rato pourrait échapper à une incarcération immédiate, s’il fait appel de cette décision, comme le beau-frère du roi d’Espagne, Inaki Urdangarin, laissé libre jeudi après avoir été condamné la semaine dernière à plus de six ans de prison dans une affaire de corruption.

Cependant, la justice espagnole avait décidé en janvier d’envoyer en prison cinq anciens dirigeants d’une Caisse d'épargne, également condamnés à deux ans pour détournements, afin de ne pas favoriser «l’impunité».

«Système corrompu»

Aujourd’hui âgé de 67 ans, Rodrigo Rato avait été le ministre de l’Economie du pays et un pilier du Parti Populaire (PP) de Mariano Rajoy, actuellement au pouvoir en Espagne. Vice-président du gouvernement de José Maria Aznar de 1996 à 2004, il avait ensuite dirigé le FMI jusqu’en 2007.

L’affaire n’est qu’un volet de l’énorme dossier judiciaire Bankia. Rodrigo Rato est par ailleurs poursuivi pour escroquerie, abus de biens sociaux, faux en écriture et usage de faux.

Car sa courte carrière de deux ans comme banquier avait débouché sur le plus grand scandale bancaire de l’histoire de l’Espagne: la constitution controversée de Bankia par la fusion de caisses d’épargne déjà en difficulté, son entrée en Bourse désastreuse et présumée frauduleuse, puis sa nationalisation obligée.

Au cours du procès, Rodrigo Rato avait présenté comme «parfaitement légal» le système des cartes non déclarées, plaidant qu’il existait avant son arrivée à la présidence de Bankia en 2010. Selon l’accusation, Rodrigo Rato avait maintenu le «système corrompu» établi dès 1999 par l’ancien président de Caja Madrid, Miguel Blesa, puis l’avait reproduit au sein de Bankia.

Publicité