Commentaire à chaud

L'hémorragie télévisuelle, risque présidentiel français

Le premier débat télévisé des candidats à la présidentielle contenait d'intéressantes séquences. Mais à force de se confronter devant les caméras, le risque est grand de lasser les électeurs et d'installer les candidats dans des postures trop médiatiques

Attention: risque de saturation. Exercice inédit, le premier débat télévisé entre les cinq favoris de la présidentielle française a permis d'identifier les stratégies des uns et des autres en vue d'un scrutin toujours plus imprévisible.

Lire aussi:  Premier débat télévisé, premières fissures présidentielles

Le candidat qui se présentait dans la position la plus fragile était François Fillon. Or le conservateur est sorti de ce débat renforcé, solide, rééditant ses succès télévisuels de novembre 2016 face à Alain Juppé et Nicolas Sarkozy.

Les deux favoris des sondages Marine le Pen et Emmanuel Macron ont chacun trébuché. Mais aucun n'a chuté de façon fatale. Tandis que ni Benoît Hamon, ni Jean-Luc Mélenchon, n'ont pu sortir de leur rôle d'outsider.

Une répétition contreproductive ?

La course à l'Elysée s'en trouvera-t-elle modifiée ? Il est bien sûr trop tôt pour le dire. L'on peut, en revanche, s'interroger sur la pertinence de tenir, à nouveau, deux autres débats réunissant les onze candidats d'ici le 23 avril. Si l'exercice d'explication devant les caméras a le mérite de la clarté, sa répétition peut aussi brouiller les pistes, faciliter les accidents de parcours, et modifier peu à peu la donne électorale. 

L'exemple des primaires, saluées comme un bel exercice démocratique, devraient faire réfléchir. Dans les deux cas, les candidats les plus convaincants - Fillon à droite, Hamon au PS - lors des débats ont gagné le bras de fer. Avant que la réalité politique de leurs camps respectifs, les révélations des médias et les frustrations des électeurs ne chamboulent ce beau dispositif.

Cette présidentielle court, après ce premier débat, un nouveau risque: celui de l'hémorragie télévisuelle. 

Publicité