Premier constat: Emmanuel Macron n’a pas changé en ce début 2020. Le mérite des vœux à la presse – que le président français avait omis en 2019 à cause de la crise des «gilets jaunes» – est qu’il sert de baromètre élyséen. Face à la meute des journalistes politiques et des correspondants étrangers habitués à commenter son action, le chef de l’Etat dispose là d’un moment privilégié pour distiller soit des confidences (rares), soit des avertissements (fréquents), soit des sermons.

Place donc au sermon, alors que la tempête politique sur la réforme des retraites n’est pas apaisée, autour des devoirs et des responsabilités de chacun. Devoirs de la presse et des journalistes. Difficultés des médias. Avec en arrière-plan un enjeu très politique: mieux communiquer en 2020, et mieux se faire comprendre des Français à deux ans de la présidentielle d’avril-mai 2022.