L'essentiel

L'Office fédéral de la santé publique apporte une précision ce dimanche concernant le vote de novembre sur la loi covid: même si celle-ci devait être refusée, le certificat sera valable à l'étranger.

Ce dimanche, contrairement aux Emirats arabes unis voisins, l'Arabie Saoudite a levé plusieurs restrictions, dont le port du masque dans la rue et la distanciation dans les mosquées – sous réserve de vaccination.

Retrouvez notre suivi de samedi.


■ 1000 tests par jour pour l'Olma

L'Olma, la plus grande foire agricole de Suisse, a fermé ses portes dimanche à Saint-Gall. La 78e édition a vu près de 220 000 personnes visiter les lieux.

Après l'annulation de l'édition 2020 pour cause de pandémie, l'ambiance unique de l'Olma était de retour dès le premier jour, se sont réjouis dimanche les organisateurs. Ils avaient annoncé à l'ouverture le 7 octobre qu'au vu des restrictions sanitaires, ils s'attendaient à atteindre deux tiers du nombre habituel de visiteurs, soit quelque 240 000. Au final, ce sont donc 220 000 personnes qui ont fréquenté l'événement, contre 360 000 en 2019.

L'entrée était possible uniquement avec un certificat Covid. Mais malgré la fin de la gratuité des tests prévue quatre jours après le début de l'Olma, il n'y a pas eu de ruée des visiteuses et des visiteurs dans les centres des tests, indiquent les organisateurs. Chaque jour, quelque 1000 personnes se sont fait tester sur place pour pouvoir entrer.


■ A la Mecque, plus de distanciation

Ce dimanche, les fidèles vaccinés ont pu prier côte à côte dans la Grande mosquée de La Mecque pour la première fois depuis le début de la pandémie, après la levée de la distanciation sociale par les autorités en Arabie saoudite.

Cette mosquée à La Mecque, premier lieu saint de l'islam, accueillait des millions de musulmans avant la propagation de la maladie. Plusieurs restrictions limitant l'accès à ce site avaient ensuite été imposées avant d'être progressivement assouplies ces derniers mois notamment aux pèlerins vaccinés.

«La Grande mosquée peut (désormais) être utilisée à pleine capacité, avec l'obligation pour les employés et les visiteurs de porter un masque à tout moment», a annoncé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle SPA. La décision s'applique dès dimanche au profit des personnes entièrement vaccinées contre le coronavirus.

Les lieux publics, comme les transports, les restaurants ou encore les cinémas, pourront également fonctionner à pleine capacité dans tout le pays et le port du masque n'est plus obligatoire en extérieur, selon le communiqué. L'Arabie saoudite assouplit ainsi davantage les contraintes que les Emirats arabes unis, où le port du masque, par exemple à Dubaï, est obligatoire y compris dans la rue.


■ A nouveau un embrasement olympique en catimini

Demain lundi, la flamme olympique sera allumée dans un stade antique d'Olympie désespérément vide pour les Jeux d'hiver de Pékin (4-20 février 2022), comme pour ceux de Tokyo, en raison de la pandémie de coronavirus.

Pour la seconde fois consécutive en trois décennies, la cérémonie traditionnelle dans le berceau de l'olympisme se tiendra en l'absence de spectateurs, annonce le Comité olympique hellénique. «A cause de la situation liée à la pandémie de Covid-19, la cérémonie d'allumage se tiendra dans un respect strict du protocole sanitaire local», a prévenu le Comité, qui reconduit ainsi les mesures drastiques prises en mars 2020 en vue des JO de Tokyo.

Dans l'histoire des Jeux de l'ère moderne, la flamme n'avait été allumée à huis clos qu'en 1984, quand les organisateurs grecs avaient voulu protester contre le caractère commercial des Jeux olympiques de Los Angeles.


■ Un point chiffré dans le monde

L'AFP publie son bilan quotidien. Elle note que La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 4 891 684 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019.

  • Plus de 240 314 450 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.
  • Sur la journée de samedi, 5512 nouveaux décès et 352 368 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.
  • Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont la Russie avec 997 nouveaux morts, les États-Unis (486) et le Brésil (483).
  • Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 724 153 décès pour 44 916 462 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.
  • Suivent le Brésil avec 603 152 morts et 21 638 726 des cas;
  • L'Inde (452 124 morts, 34 067 719 cas);
  • Le Mexique (284 321 morts, 3 755 053 cas);
  • Et Russie (223 312 morts, 7 992 687 cas),
  • Le Pérou est le pays qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 606 décès pour 100.000 habitants;
  • Puis la Bosnie (339);
  • La Macédoine du Nord (332);
  • Le Monténégro (322);
  • La Bulgarie (319);
  • Et la Hongrie (314).

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays. Ils excluent les révisions réalisées a posteriori par certains organismes statistiques, qui concluent à un nombre bien plus important de morts.

L'OMS estime même, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.


■ La NBA ne réussira pas son défi en termes de vaccination

La NBA ne va pas y arriver, raconte l'AFP. A défaut de pouvoir imposer aux joueurs la vaccination contre le Covid-19, la Ligue nord-américaine de basket et ses franchises auront tout tenté pour atteindre les 100% d'injectés avant le début de saison mardi, sans y parvenir.

Un homme incarne la résistance au vaccin dans la Ligue: Kyrie Irving, une de ses grandes stars, membre du fameux «Big3» (avec Kevin Durant et James Harden) des Brooklyn Nets, favoris pour succéder aux Milwaukee Bucks au palmarès. Sauf que le meneur de 29 ans ne devrait non seulement pas démarrer la saison, mais pourrait ne pas la jouer du tout. Car ses dirigeants l'ont écarté de l'équipe, tant qu'il refusera la vaccination. Cela représente au moins 41 matches manqués, sans compter ceux d'éventuels play-offs.

Cette décision retentissante constitue le point culminant du conflit opposant la NBA aux réfractaires à la vaccination, qui sont passés de 10% du contingent avant les stages de présaison à 4%, selon divers médias.


■ Nouveau triste record en Russie

La Russie enregistre ce dimanche un record de contaminations au coronavirus ces dernières 24 heures pour le quatrième jour consécutif, signe d'une épidémie en pleine explosion sur fond de vaccination poussive et de restriction limitées.

Selon le décompte officiel du gouvernement, 34 303 contaminations ont été recensées en 24 heures, un record depuis le début de la pandémie, et 997 morts.

La veille, le pays avait passé pour la première fois la barre symbolique du millier de morts quotidiens dus au Covid-19 avec 1002 décès. La Russie est le pays le plus durement touché en Europe par le coronavirus.


■ Le certificat covid restera valable à l'étranger

En cas de «non» à la loi Covid-19 le 28 novembre, le certificat covid serait toujours utilisable à l'étranger. Dans la NZZ am Sonntag, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) relativise la déclaration du Conseil fédéral selon laquelle le certificat ne pourrait plus être utilisé en cas de refus.

Ce n'est le cas qu'au niveau national. Les certificats déjà délivrés, par exemple sous forme papier ou au moyen d'une application de vérification alternative, resteront lisibles et pourront toujours être utilisés comme preuve de vaccination ou de guérison si un autre Etat l'accepte, explique l'OFSP. La raison en est que les clés utilisées pour vérifier les certificats sont publiques et fonctionnent même sans connexion avec le système fédéral.

Les certificats expirent cependant au bout d'un an. Ensuite, en l'absence d'une nouvelle solution, des difficultés risquent d'apparaître lors des déplacements.


■ Jair Bolsonaro va recevoir de nouvelles critiques

Mal en point dans les sondages, le président brésilien Jair Bolsonaro va se retrouver à nouveau sur le grill mardi, avec la publication d'un rapport d'une commission d'enquête du Sénat sur sa politique jugée irresponsable face à la crise du coronavirus.

Le rapporteur Renan Calheiros a déjà annoncé au moins 11 chefs d'accusation, tels qu'«homicide par omission», «charlatanisme» ou même «crime contre l'humanité».

Les analystes, signale l'agence AFP, estiment toutefois que ce rapport très attendu n'aura qu'un impact «symbolique» à court terme, le président d'extrême droite disposant encore du soutien nécessaire au Parlement pour faire barrage à une éventuelle procédure de destitution.