Un précédent bilan de même source avait fait état de 11 morts lors de ce raid. Vingt-trois corps ont été recensés dans le village d’Ortasu, près de la frontière irakienne, a indiqué à la chaîne de télévision pro-kurde et proche de la rébellion kurde Roj TV, Ertan Eris, membre du conseil provincial de Sirnak.

L’agence pro-kurde Firat a de son côté fait état de 35 morts, dont des enfants, dans ce bombardement qui n’était pas confirmé de source officielle. Ertan Eris a expliqué qu’un groupe d’une trentaine de personnes, des jeunes pour la plupart, âgés de 16 à 20 ans, avaient traversé la frontière à des fins de contrebande, et qu’il craignait une aggravation du dernier bilan. La zone, très escarpée et montagneuse, rend difficile les efforts pour rechercher les corps, a-t-il ajouté.

Des sources de sécurité locale ont confirmé les bombardements sans toutefois donner de bilan. Les chasseurs turcs pourraient avoir effectué un pilonnage par accident, prenant les villageois pour des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, rebelles kurdes), a-t-on ajouté de même source.

Les villageois de cette zone se rendent fréquemment en Irak par des voies illégales pour rapporter du carburant et du sucre bon marché afin de le revendre en Turquie.