Des pluies diluviennes, les plus fortes en vingt ans, ont provoqué des inondations à Quito, faisant au moins vingt-quatre morts, quarante-huit blessés et douze disparus, selon le dernier bilan provisoire des autorités mardi. L’ampleur des destructions à Quito, ville de 2,7 millions d’habitants, est sans équivalent. Les autorités y ont décidé un deuil de trois jours.

Selon le maire de Quito, il est tombé samedi quelque 3,5 litres par m2, mais près de 75 litres par m2 lundi quand les prévisions annonçaient des pluies ne devant pas dépasser deux litres par m2. «C’est un chiffre que nous n’avons pas vu depuis 2003», a-t-il affirmé.

Les pluies torrentielles qui sont tombées lundi pendant 17 heures sans discontinuer ont fait déborder un bassin de rétention, provoquant un torrent d’eau qui a dévalé une avenue sur plus d’un kilomètre, dans le nord-ouest de la capitale. Le bassin, d’une capacité de 4500 m3, s’est rompu après avoir reçu près de quatre fois le débit habituel, a précisé le maire.

Des torrents d’eau charriant des pierres et de la boue ont alors emporté des voitures et inondé des maisons et des rues, selon des images diffusées par les secours et les médias. Plusieurs bâtiments ont été endommagés, dont un poste de police et une station d’électricité.

Comme «une explosion»

Le torrent de boue, qui a pris naissance sur les pentes du volcan Pichincha, a également frappé de plein fouet un terrain de sport sur lequel s’entraînaient des amateurs devant du public installé sur des gradins.

«Les gens jouaient là et n’ont pas réussi à s’échapper. Le torrent les a pris par surprise et a balayé le terrain», a déclaré à l’AFP Freddy Barrios Gonzalez, un ouvrier de 56 ans qui travaillait non loin de là. «Ceux qui ont réussi à courir s’en sont sortis (mais) une famille s’est retrouvée ensevelie» sous une rivière de boue, a-t-il raconté, ses propres vêtements encore maculés.

Mauro Pinas, un habitant de Quito, a déclaré avoir entendu «une explosion» lorsque la structure de rétention a éclaté, après quoi des «rivières de boue» se sont abattues sur la ville.

Des militaires mobilisés

Les autorités n’ont pas exclu que d’autres corps soient découverts sous la boue et les décombres, tandis que des militaires accompagnés de chien poursuivaient les recherches.

Le président Guillermo Lasso, en visite en Chine depuis lundi, a adressé sur Twitter ses condoléances aux familles endeuillées par «la tragédie de Las Gasca». «Nous poursuivons les efforts pour les recherches, les sauvetages, les actions pour contenir l’eau, l’attention psychologique et le transfert de blessés dans les centres de santé», a-t-il ajouté.

La municipalité de la capitale a mobilisé des engins pour déblayer les rues et le système d’évacuation des eaux. Une soixantaine de militaires ont également été appelés en renfort pour appuyer les opérations de recherche et de nettoyage.

Les fortes pluies qui s’abattent sur l’Equateur depuis octobre ont déjà frappé 22 de ses 24 provinces, faisant au moins 18 morts et 24 blessés, selon un bilan du Service national de gestion des risques établi avant les intempéries de lundi.