Des isoloirs sous le signe des colères. Si le Conseil scientifique français confirme son accord, le second tour des municipales désormais prévu le 28 juin devrait offrir aux électeurs des 5000 communes encore dépourvues de conseil municipal et de maire l’occasion d’exprimer leur mécontentement. Difficile en effet d’imaginer que ce rendez-vous démocratique ne rime pas avec une nouvelle poussée de fièvre anti-gouvernement, alors que les six semaines de confinement strict, puis le déconfinement «à la carte» opéré depuis le 11 mai dans les deux France «verte» et «rouge» ont vu s’accumuler les rancœurs et les reproches vis-à-vis du pouvoir exécutif. Difficile aussi d’imaginer que le personnel soignant – 225 000 médecins, 660 000 infirmiers, 390 000 aides-soignants – ne profitera pas de cette date pour accroître la pression sur le Ministère de la santé, alors qu’une grande négociation sur la revalorisation des statuts et des salaires a démarré le lundi 25 mai.