«L’Europe libérale, c’est non!» 29 mai 2005. Le quotidien communiste français L’Humanité vient de boucler son titre de une avec la satisfaction du devoir accompli. Par référendum, 54,67% des votants ont rejeté le projet de traité «établissant une Constitution pour l’Europe», alors que les sondages donnaient encore, quelques jours avant, 70% de oui. Jacques Chirac, président de la République affaibli et malade, reste muré dans le silence de l’Elysée. Quelle étrange mais savoureuse victoire pour tous les détracteurs de l’Union européenne, passée un an plus tôt, le 1er mai 2004, de 15 à 25 Etats membres (la Bulgarie et la Roumanie suivront deux ans plus tard)!

Lire aussi: Jacques Chirac, l’héritage populaire