Au moins 32 personnes, dont six enfants, ont été tuées lundi dans le crash d’un avion-cargo sur des habitations près de l’aéroport de Bichkek, au Kirghizstan, ont annoncé les autorités.

Après un bilan initial de 15 tués, puis de 20, le ministère kirghiz de la Santé a donné à l’AFP un nouveau bilan de «32 morts, dont les quatre pilotes». Les services médicaux d’urgence ont précisé que «six enfants» se trouvent parmi les victimes, pour la plupart des habitants locaux.

A 7h40 locale (1h40 GMT), «un avion-cargo opéré par une compagnie turque, en provenance de Hong Kong (Chine), s’est écrasé au sol à l’approche de l’aéroport de Manas (à Bichkek) en raison des mauvaises conditions météorologiques», a détaillé un haut responsable du ministère des Situations d’urgence, Moukhammed Svarov, interrogé par une radio kirghize.

Selon l’agence kirghize de l’aviation civile, l’avion-cargo était opéré par la compagnie turque Turkish Airlines et devait faire escale à Bichkek. Istanbul était sa destination finale.

Une opération de sauvetage en cours

Au moins 15 maisons ont été détruites, a précisé la porte-parole du ministère des Situations d’urgence, Elmira Cheripova.

«L’avion s’est écrasé sur les maisons, il a tué des familles entières», a raconté à l’AFP un témoin de l’accident qui n’a pas voulu donner son nom. «Il ne reste rien des maisons, les gens ont été tués avec toute leur famille et leurs enfants, beaucoup de personnes étaient en train de dormir.» Une opération de sauvetage «à grande échelle» est en cours, a annoncé à l’AFP un autre haut responsable du ministère.

D’après les médias kirghizes, le crash a eu lieu près du village de Datcha-Suu, très proche de l’aéroport de la capitale de ce pays pauvre d’Asie centrale, où tous les vols ont été annulés jusqu’à nouvel ordre.

Le vice-premier ministre Moukhammetkali Aboulgaziev s’est rendu sur place, accompagné des ministres des situations d’urgence et des Transports, selon un communiqué du gouvernement. Le président kirghiz Almazbek Atambaïev a annulé sa visite en Chine pour revenir à Bichkek, d’après des médias kirghiz.